Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient au groupe de médicaments appelés bronchodilatateurs. Il s'utilise pour soigner les crises aiguës d'asthme ou les maladies pulmonaires obstructives chroniques comme l'emphysème et la bronchite chronique. Il associe deux ingrédients qui agissent en ouvrant les voies aériennes supérieures.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution claire et incolore contient 0,125 mg de bromure d'ipratropium et 0,3125 mg de bromhydrate de fénotérol. Ingrédients non médicinaux : acide chlorhydrique pour ajuster le pH et chlorure de sodium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Ce médicament se prend à l'aide d'un nébuliseur. Le traitement est habituellement amorcé dans un milieu hospitalier. La dose usuelle pour adulte et enfant à partir de 12 ans est 4 mL (un flacon monodose) de solution d'ipratropium - fénotérol inhalés au moyen d'un nébuliseur. Le traitement peut être répété après 6 heures au besoin. Si le médecin vous a prescrit une dose inférieure à 4 mL, utilisez une seringue pour transférer la quantité nécessaire dans la chambre du nébuliseur. Jetez ensuite le reste du contenu du flacon, car la solution ne contient pas d'agent de conservation.

Si moins de 2 mL de solution doivent être nébulisés, une solution stérile de saline physiologique ou d'un autre produit approprié pour nébulisateur ne contenant pas d'agent de conservation doit être utilisé pour compléter le volume jusqu'à un volume compris entre 2 mL et 5 mL. Suivez les instructions accompagnant le médicament et le nébuliseur en ce qui concerne le mode d'emploi, l'entretien et le nettoyage de l'appareil. Il est très important de bien ajuster le masque facial, au besoin, de façon à ce qu'aucune vaporisation n'entre en contact avec les yeux.

Si vous n'avez pas obtenu de soulagement de vos symptômes 10 minutes après la nébulisation, si les effets d'une dose durent moins de 3 heures ou si vous ressentez une aggravation de vos symptômes, contactez votre médecin ou rendez-vous à l'hôpital le plus proche, car ce sont habituellement des signes que votre affection s'aggrave et nécessite d'être réévaluée par un médecin.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'association ipratropium - fénotérol dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'ipratropium, au fénotérol ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie ou une sensibilité aux médicaments sympathomimétiques ou atropiniques;
  • des troubles du rythme cardiaque associés à une accélération des pulsations cardiaques;
  • une maladie cardiaque appelée cardiomyopathie hypertrophique obstructive.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération des sensations gustatives;
  • un enrouement;
  • des étourdissements;
  • de la nausée;
  • de la nervosité;
  • un mal de gorge;
  • des maux de tête;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une sudation accrue;
  • une toux;
  • des tremblements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des douleurs, de la faiblesse ou des spasmes musculaires;
  • une éruption cutanée ou de l'urticaire;
  • des étourdissements (intenses);
  • une évacuation de l'urine difficile ou douloureuse.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une augmentation de l'essoufflement ou des sifflements respiratoires;
  • des battements cardiaques rapides ou irréguliers;
  • des signes de crise cardiaque (par ex. une douleur thoracique subite, ou de la douleur irradiant dans dos, le bas du bras, la mâchoire; une sensation de plénitude à la poitrine; des nausées; des vomissements; de la sudation; de l'anxiété);
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • une vision floue ou une douleur oculaire.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Traitement additionnel : comme pour les autres solutions pour inhalation qui contiennent des agonistes bêta, la solution d'ipratropium - fénotérol ne devrait pas utilisée sur une base régulière pour le traitement de l'asthme sans être accompagnée d'un traitement approprié d'anti-inflammatoires par inhalation (par ex. le budésonide ou la fluticasone).

Fibrose kystique : les personnes atteintes de fibrose kystique sont plus susceptibles de subir un inconfort gastrique (causé par des changements de la vitesse du passage des aliments dans l'estomac et dans les intestins) pendant qu'elles utilisent ce médicament.

Diabète : la solution d'ipratropium - fénotérol peut provoquer une perte de la maîtrise de la glycémie et la tolérance au glucose peut être changée. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament. Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Yeux : assurez-vous que le masque facial est bien ajusté sur votre visage et que la solution nébulisée ne pénètre pas dans vos yeux. Si vous avez un glaucome ou des chambres antérieures étroites, évitez d'administrer simultanément de l'ipratropium et une solution de bêta2-agoniste par nébuliseur, à moins que vous preniez des mesures (par ex. port de lunettes de natation ou emploi d'un nébuliseur muni d'embout buccal) pour éviter que la solution nébulisée entre en contact avec les yeux. Des cas de complications oculaires (par ex. une mydriase, une élévation de la pression intraoculaire ou un glaucome à angle fermé) ont été rapportés lorsque du bromure d'ipratropium nébulisé seul ou en association avec un agoniste des agoniste des récepteurs bêta 2-adrénergiques est entré en contact avec les yeux.

Affections cardiaques : l'utilisation de ce médicament peut provoquer une accélération du rythme cardiaque et une élévation de la pression artérielle, aggravant ainsi certaines affections cardiaques. Si votre tension artérielle est élevée, si vos battements cardiaques sont irréguliers, si vous souffrez d'insuffisance cardiaque, si vous avez récemment subi une crise cardiaque ou si vous êtes atteint d'une autre maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Phéochromocytome : si on a diagnostiqué un phéochromocytome (une tumeur des glandes surrénales) chez vous, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Taux de potassium : des baisses des taux de potassium sanguins peuvent se produire lors de l'utilisation de ce médicament. Ces altérations causent rarement des problèmes, mais le taux de potassium devrait être surveillé à intervalles réguliers par votre médecin. Si vous subissez des crampes musculaires inexpliquées, de la faiblesse, de la fatigue ou de la constipation, communiquez avec votre médecin.

Troubles des voies urinaires : l'utilisation de la solution d'ipratropium - fénotérol peut provoquer des difficultés à initier le jet d'urine. Si le volume de votre prostate est plus grand que la normale ou si vous souffrez de rétention urinaire, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Aggravation des symptômes : une aggravation marquée des difficultés respiratoires a été rapportée pour certaines personnes qui ont reçu des agonistes bêta. La cause en est toujours inconnue. Le cas échéant, suspendez immédiatement l'utilisation de ce médicament et consultez votre médecin au plus tôt au sujet d'un traitement de remplacement.

Grossesse : l'innocuité de ce médicament n'a pas été établie pour les femmes enceintes. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la solution d'ipratropium - fénotérol passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'association ipratropium - fénotérol n'est actuellement pas recommandée pour les enfants de moins de 12 ans car sa posologie et son innocuité n'ont pas été établies pour ce groupe d'âge.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association ipratropium - fénotérol et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • certains types d'anesthésiques (par ex. l'halothane);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atomoxétine;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • la belladone;
  • la benztropine;
  • les bêtabloquants (par ex. le propranolol, le nadolol);
  • la bétahistine;
  • les bronchodilatateurs à action rapide (par ex. le salbutamol, la terbutaline);
  • les bronchodilatateurs à action prolongée (par ex. le salmétérol);
  • la caféine;
  • la cyclobenzaprine;
  • la darifénacine;
  • les médicaments décongestionnants (par ex. la phényléphrine, la pseudoéphédrine);
  • les gouttes ophtalmiques et les vaporisateurs nasaux  décongestionnants (par ex. la naphazoline, l'oxymétazoline, la xylométazoline);
  • la dipivéfrine;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dobutamine;
  • le donépézil;
  • la dopamine;
  • l'épinéphrine;
  • le flavoxate;
  • la galantamine;
  • le glycopyrrolate;
  • le kétotifène;
  • le linézolide;
  • le méthylphénidate;
  • la midodrine;
  • le mirabégron;
  • le modafinil;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les narcotiques (par ex. la morphine, la codéine),
  • la noradrénaline;
  • l'orciprénaline;
  • l'orphénadrine;
  • l'oxybutynine;
  • le chlorure de potassium;
  • la rivastigmine;
  • la scopolamine;
  • la sécrétine;
  • la solifénacine;
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • l'uméclidinium.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraÎne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.