Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'alendronate appartient à la famille des médicaments appelés bisphosphonates. Il s'utilise pour soigner l'hypercalcémie (taux élevé de calcium dans le sang) des personnes atteintes de cancer. Le clodronate s'utilise aussi pour soigner le cancer qui s'est propagé aux os (métastases osseuses) à partir de divers types de tumeurs. Le clodronate agit en freinant la désintégration des os.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque capsule de gélatine bleue et blanche contient 400 mg de clodronate. Ingrédients non médicinaux : gélatine, oxyde de fer, stéarate de magnésium, amidon de maïs, polydiméthylsiloxane, vernis à la gomme laque, glycolate d'amidon sodique, lécithine de soya, talc et oxyde de titane.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Lorsqu'il s'agit de soigner l'hypercalcémie (taux élevé de calcium dans le sang) des personnes atteintes de cancer, le clodronate est d'abord donné en perfusion intraveineuse (injection dans une veine), puis par voie orale (par la bouche) dans la phase du traitement d'entretien.

La dose par perfusion intraveineuse recommandée pour adulte est 300 mg par jour. Après le traitement intraveineux, la dose de départ quotidienne recommandée du traitement par voie orale se situe entre 1 600 mg et 2 400 mg donnés en une seule dose ou en 2 doses. La dose quotidienne maximale recommandée est 3 200 mg.

Lorsqu'il s'agit de soigner un cancer qui s'est propagé aux os (métastases osseuses) à partir de divers types de tumeurs, la dose quotidienne initiale recommandée est 1 600 mg donnée oralement (par la bouche). Au besoin, votre médecin peut augmenter cette dose. La dose quotidienne maximale est 3 200 mg.

Les capsules de clodronate devraient se prendre à jeun avec un verre of eau pure, au moins 2 heures avant ou après la consommation d'aliments.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au clodronate ou à l'un des ingrédients de ce médicament ;
  • une allergie à d'autres bisphosphonates (par ex. l'alendronate, l'étidronate, le risédronate) ;
  • une fonction rénale diminuée ;
  • une grossesse ou un allaitement au sein ;
  • une grave inflammation du tractus gastrointestinal ;
  • la prise d'autres bisphosphonates (par ex. l'alendronate, l'étidronate, le risédronate).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la diarrhée ;
  • une douleur gastrique ;
  • de la nausée ;
  • une perte de l'appétit ;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des crampes musculaires dans les mains, les bras, les pieds, les jambes ou le visage ;
  • une difficulté respiratoire, une respiration sifflante ;
  • de la douleur dans la bouche ;
  • une éruption cutanée et de l'urticaire ;
  • une enflure ;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de la douleur, de l'enflure, de l'infection ou une mauvaise guérison des gencives, de la mobilité dentaire ou des engourdissements de la mâchoire ;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique, par ex. :
    • une difficulté respiratoire,
    • de l'urticaire,
    • une enflure de la gorge ou la bouche.
  • des symptômes d'une douleur intense aux os, aux articulations et/ou aux muscles.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Atteintes rénales : si vous avez une fonction rénale diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction rénale durant et après une perfusion intraveineuse de clodronate.

Détérioration de l'os de la mâchoire : les personnes atteintes de cancer qui suivent un traitement par le clodronate (ou par d'autres bisphosphonates) ont rarement une ostéonécrose de la mâchoire (détérioration de l'os de la mâchoire). Si vous constatez une douleur, une enflure ou une infection de la mâchoire, informez-en votre médecin. Avant le début du traitement par le clodronate, votre médecin pourrait vous conseiller de prendre rendez-vous chez le dentiste pour un examen et tout traitement dentaire nécessaire. Pendant que vous recevez du clodronate, essayez d'éviter les interventions dentaires sanglantes comme les extractions dentaires.

Faible taux de calcium : le clodronate peut causer la baisse du taux de calcium. Vous devrez subir des analyses de sang régulières pendant que vous employez le clodronate afin de surveiller votre taux de calcium.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le clodronate passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le clodronate et l'un des médicaments ci-après :

  • les aminosides (par ex. la gentamicine, la tobramycine) ;
  • les antiacides, ou tout médicament ou supplément contenant du calcium, du fer, du magnésium ou de l'aluminium ;
  • les bisphosphonates ;
  • la calcitonine ;
  • les corticostéroïdes (par ex. prednisone) ;
  • les diurétiques de l'anse (par ex. le furosémide) ;
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le naproxène, le kétoprofen) ;
  • la mithramycine ;
  • le phosphate d'estramustine ;
  • des solutions intraveineuses contenant du calcium (par ex. la solution de Ringer) ;
  • des suppléments diététiques contenant le calcium, le fer, le magnésium ou l'aluminium ;
  • les suppléments de phosphate.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de  :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Clasteon