Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à la famille des médicaments connus sous le nom de vaccins. Il s'utilise pour prévenir le cancer du col de l'utérus et certaines lésions précancéreuses du col de l'utérus – attribuables à une infection causée par le virus du papillome humain  (VPH des types 16 et 18) – et est donné aux filles et aux femmes âgées de 9 à 45 ans. Le vaccin contre le VPH agit en aidant le système immunitaire à prévenir une infection par le VPH.

Les infections à VPH sont transmises sexuellement. Ce vaccin ne prévient pas les autres types d'infections transmissibles sexuellement (ITS).

Les types 16 et 18 du VPH sont responsables d'environ 70 % des cas de cancer du col de l'utérus. D'autres types de VPH peuvent également causer un cancer du col de l'utérus. Le vaccin bivalent contre le virus du papillome humain ne prévient pas tous les cancers ni toutes les autres affections causées par ces types particuliers ou par d'autres types de VPH.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. N'annulez pas les injections de ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dose de 0,5 mL de la préparation stérile pour injection intramusculaire renferme environ 20 µg de la protéine L1 du VPH-16 et 20 µg de la protéine L1 du VPH-18. Ingrédients non médicinaux : 3-0-désacyl-4'-monophosphoryl lipide A (MPL), hydroxyde d'aluminium hydraté, chlorure de sodium, dihydrogénophosphate de sodium dihydraté et eau stérile pour injection.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Ce vaccin est donné en 3 injections distinctes de 0,5 mL chacune dans le muscle de la partie supérieure du bras. En général, la deuxième dose est donnée 1 mois après la première dose, et la troisième dose est donnée 6 mois après la première. Au besoin, l'échéancier de la vaccination peut être plus flexible et on peut administrer la deuxième dose 1 à 2,5 mois après la première dose et la troisième dose peut être donnée 5 à 12 mois après la deuxième. Les injections sont données par un professionnel de la santé dans une clinique ou dans un établissement semblable.

Pour les filles de 9 à 14 ans, votre médecin peut alternativement choisir d'administrer le vaccin en 2 doses distinctes. Ce vaccin est donné en 2 injections distinctes de 0,5 mL chacune dans le muscle de la partie supérieure du bras. En général, la deuxième dose est donnée 6 mois après la première dose. Au besoin, l'échéancier de la vaccination peut être plus flexible et on peut administrer la deuxième dose 5 à 7 mois après la première dose.

Il est important de recevoir ce médicament exactement comme recommandé par votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir le vaccin, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour prendre un autre rendez-vous. Le fait de ne pas recevoir l'ensemble des 3 doses du vaccin peut diminuer la protection contre le cancer du col de l'utérus.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de recevoir le médicament sans le consulter au préalable.

Ce médicament est conservé au réfrigérateur et ne doit pas être congelé. Conservez ce médicament à l'abri de la lumière et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au vaccin bivalent contre le VPH ou à l'un des ingrédients de ce médicament ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diarrhée;
  • une douleur abdominale;
  • une douleur musculaire, un endolorissement ou une faiblesse des muscles (sans lien avec l'exercice);
  • une douleur, une enflure, une démangeaison ou une rougeur au point d'injection;
  • des douleurs articulaires;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une sensation générale de gêne ou de malaise;
  • des vomissements.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • un évanouissement possiblement accompagné de tremblements ou de raideur;
  • des signes d'une grave réaction allergique (par ex. une démangeaison, une éruption cutanée, de l'urticaire, une boursouflure du visage et des lèvres, un serrement dans la poitrine, un essoufflement ou une respiration sifflante).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Examens de santé : vous devrez continuer à subir des examens de santé à intervalles réguliers après avoir reçu le vaccin, notamment le test Pap, le test de dépistage de l'ADN du virus du papillome humain ou d'autres analyses que votre médecin aura recommandées.

Fièvre : il se peut que votre médecin décide de retarder la vaccination si vous avez une forte fièvre ou si vous êtes atteinte d'une infection importante. Vous pouvez toujours recevoir le vaccin si vous êtes atteinte d'une infection peu importante comme un rhume.

Protection conférée par le vaccin : ce vaccin ne protège que contre certaines souches du VPH et, comme tout autre vaccin, peut ne pas protéger la totalité des personnes qui le reçoivent. Il ne devrait pas s'employer comme traitement contre les condylomes génitaux en évolution ni les cancers du col utérin ou du vagin. Il ne prévient aucune autre infection transmissible sexuellement, telles la gonorrhée ou les infections causées par Chlamydia ou le VIH. L'usage des préservatifs devrait tout de même se pratiquer en vue de prévenir les ITS même si vous avez reçu le vaccin. Le vaccin ne remplace pas le dépistage régulier du cancer du col de l'utérus (le test Pap).

Syncope : certaines personnes perdent connaissance quand elles reçoivent un vaccin ou une autre injection. Si une telle situation vous est déjà arrivée, informez-en votre médecin. Une fois que vous avez reçu le vaccin, il est recommandé d'attendre 15 minutes dans le cabinet du médecin avant de partir.

Système immunitaire : les personnes dont le système immunitaire est affaibli (par ex. par un cancer, le VIH ou un traitement immunodépresseur) pourraient ne pas profiter pleinement des bienfaits du vaccin.

Troubles liés aux saignements : si vous avez des problèmes de saignement (comme l'hémophilie) ou si vous prenez un anticoagulant (comme la warfarine), informez-en votre médecin avant de recevoir ce vaccin.

Grossesse : ce médicament n'est pas recommandé durant une grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. En outre, il est recommandé d'éviter de devenir enceinte durant les 2 mois qui suivent la réception du vaccin bivalent contre le virus du papillome humain.

Allaitement : on ignore si le vaccin contre le VPH passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants de moins de 9 ans.

Adultes de plus de 25 ans : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce vaccin n'a été établie en ce qui concerne les adultes de plus de 25 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vaccin bivalent contre le virus du papillome humain et l'un des agents ci-après :

  • certains autres vaccins;
  • les médicaments immunosuppresseurs qui affaiblissent le système immunitaire (par ex. certains médicaments contre le cancer et des médicaments antirejet après une transplantation).

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Cervarix