Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le lithium s'utilise pour le traitement des épisodes maniaques du trouble bipolaire. Il aide à maîtriser les symptômes maniaques qui peuvent comprendre l'insomnie, le manque de discernement, l'hyperactivité, les sentiments de grandeur, l'agressivité et parfois l'hostilité. Il faut environ 1 à 3 semaines pour que le lithium ait un effet sur ces symptômes. L'utilisation régulière du lithium est également susceptible de réduire la fréquence des épisodes maniaques.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

150 mg
Chaque gélule orange et blanche de taille nº 4, portant l'inscription « APO 150 » contient 150 mg de carbonate de lithium. Ingrédients non médicinaux : gélatine, dioxyde de titane, D et C jaune nº 10, AD et C rouge nº 40 et D et C rouge nº 28. L'encre noire comestible sur l'enveloppe de la capsule contient l'ingrédient oxyde de fer noir.

 300 mg
Chaque gélule de couleur chair et de taille nº 2 portant l'inscription « APO 300 » contient 300 mg de carbonate de lithium. Ingrédients non médicinaux : gélatine, dioxyde de titane, AD et C jaune nº 6, AD et C rouge nº 40 et D et C rouge nº 28. L'encre noire comestible sur l'enveloppe de la capsule contient l'ingrédient oxyde de fer noir.


Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale habituelle pour le traitement de la manie varie entre 900 mg et 1 800 mg répartis en 3 prises égales par jour. Le traitement peut débuter par une dose plus faible selon la situation dans laquelle se trouve la personne qui prend le médicament. Le dosage vise habituellement à maintenir un certain taux de lithium dans la circulation sanguine. C'est pourquoi on a recours à des analyses de laboratoire pour surveiller les concentrations sanguines. Une fois que la bonne dose a été déterminée, le médicament peut habituellement se prendre en une seule dose quotidienne. Cette dose pourrait être plus faible que le total des 3 doses individuelles prises chaque jour.

Une fois l'épisode maniaque maîtrisé, il peut s'avérer nécessaire de réduire la dose de lithium pour éviter l'incidence d'effets indésirables. La dose quotidienne de lithium varie alors de 500 mg à 1 200 mg, divisée en trois doses.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Le lithium devrait se prendre avec des aliments. Avalez les capsules entières avec un peu d'eau; ne broyez pas et ne mâchez pas les capsules.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le carbonate de lithium dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au carbonate de lithium ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • un état d'affaiblissement grave;
  • un état de déshydratation avancée;
  • l'emploi de diurétiques (pilules augmentant l'excrétion de l'urine);
  • un faible taux de sodium dans le sang;
  • une grave affection des reins;
  • une maladie cardiaque importante.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une douleur abdominale;
  • une diarrhée;
  • une fréquence accrue de l'émission de l'urine, ou la perte du contrôle de la vessie (un effet plus courant pour les femmes que pour les hommes; commence habituellement 2 à 7 ans après le début du traitement);
  • une soif accrue;
  • de la nausée (légère);
  • une sensation de tête qui tourne (vertige);
  • de la fatigue;
  • un tremblement des mains (léger).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de la confusion, une mémoire médiocre ou de la léthargie;
  • une difficulté respiratoire (surtout durant le travail ardu ou les exercices);
  • un évanouissement;
  • des battements de cœur rapides ou lents;
  • une émission de l'urine fréquente;
  • une soif accrue;
  • un pouls irrégulier;
  • une raideur des bras ou des jambes;
  • des troubles de l'élocution;
  • des symptômes attribuables à la présence d'une trop grande quantité de calcium dans le sang (par ex. de la fatigue, de la confusion, une soif excessive, une augmentation de la production d'urine, de la faiblesse musculaire);
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • une prise de poids.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

Symptômes précoces de surdose ou de toxicité :

  • de la diarrhée;
  • de la somnolence;
  • un manque de coordination;
  • une perte d'appétit;
  • une faiblesse musculaire;
  • de la nausée ou des vomissements;
  • des troubles de l'élocution;
  • des tremblements.

Symptômes tardifs de surdose ou de toxicité :

  • une vision floue;
  • de la maladresse ou de l'instabilité;
  • de la confusion;
  • des convulsions (crises épileptiques);
  • des étourdissements;
  • une augmentation de l'émission d'urine;
  • un tintement dans les oreilles;
  • des tremblements intenses.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

Le 5 février 2014

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi de lithium. Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Somnolence ou vigilance réduite : le lithium peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez ces activités jusqu'à ce que vous ayez déterminé de quelle façon ce médicament influe sur votre capacité de les accomplir en toute sécurité.

Apport liquidien et régime alimentaire : il importe de suivre un régime alimentaire normal comprenant du sel tout comme un apport adéquat en liquides (2 500 mL à 3 000 mL) au moins pendant la période initiale de traitement avec ce médicament. On a signalé des effets secondaires provoqués par une transpiration ou de la diarrhée prolongée. Si un tel cas survient, un apport sodique et hydrique supplémentaire doit être administré. Discutez avec votre médecin pour savoir quel apport en liquide et en sel vous conviendrait. Si une fièvre survient, contactez votre médecin pour savoir si vous devriez réduire temporairement la dose ou cesser de prendre le médicament.

Maladie cardiaque : si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes atteintes de maladies cardiaques graves ne doivent pas prendre du carbonate de lithium (référez-vous à la section « Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé? »).

Hypercalcémie : l'utilisation du lithium peut provoquer des augmentations du taux de calcium dans le sang (hypercalcémie). Ce phénomène peut être associé à des changements de la fonction des glandes parathyroïdes, mais il ne l'est pas toujours. Indiquez à votre médecin si vous ressentez des symptômes attribuables à de l'hypercalcémie, notamment : de la fatigue, de la dépression, de la confusion, de la nausée, des vomissements, une soif excessive, une perte d'appétit, des douleurs abdominales, une augmentation de la fréquence des mictions urinaires, des douleurs musculaires et articulaires et de la faiblesse musculaire.

Votre médecin vous demandera de subir des analyses sanguines pour suivre votre traitement avec le lithium. Le taux de calcium pourra faire partie de ces analyses pour évaluer les changements de la quantité de calcium dans votre sang.

Fonction rénale : une réduction de la fonction rénale peut provoquer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui est susceptible de causer des effets indésirables. En cas d'atteintes rénales ou de fonction réduite des reins, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Le traitement à long terme avec le lithium cause souvent une réduction de la fonction rénale de même que l'apparition des symptômes suivants : de la soif, une augmentation de la production d'urine et un gain de poids. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, prenez contact avec votre médecin.

Analyses de laboratoire : la toxicité au lithium est associée de près au taux sanguin de lithium et elle peut se produire à des doses rapprochées de la normale. Votre médecin vous demandera de subir régulièrement des analyses sanguines pour suivre vos taux de lithium.

Arrêt du médicament : n'abandonnez pas le traitement sans consulter votre médecin au préalable. L'arrêt soudain du médicament peut provoquer des symptômes de sevrage.

Maladie thyroïdienne : si vous êtes atteint d'une maladie thyroïdienne, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Le traitement à long terme avec du lithium est parfois associé à l'apparition d'excroissances dans la glande thyroïde. Si votre cou est enflé, communiquez avec votre médecin.

Grossesse : l'utilisation du lithium semble causer une augmentation de l'incidence de problèmes cardiaques, rénaux et thyroïdiens chez les nourrissons dont les mères ont pris du lithium pendant leur grossesse. Le lithium ne devrait pas être utilisé pendant la grossesse ou par des femmes en âge de procréer à moins, qu'une substitution par une thérapie plus appropriée soit impossible et que, dans l'opinion du médecin, les bienfaits prévus du traitement priment les risques pour l'enfant à naître.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez le lithium pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'innocuité et l'efficacité de ce médicament n'ont pas été établies chez les enfants de moins de 12 ans. L'usage du lithium n'est donc pas recommandé pour ce groupe d'âge.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le carbonate de lithium et l'un des agents ci-après :

  • les inhibiteurs de l'ECA (par ex. l'énalapril, le ramipril);
  • l'acétazolamide;
  • l'alfuzosine;
  • l'amiodarone;
  • les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (par ex. l'irbésartan, le losartan);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • la bromocriptine;
  • la buspirone;
  • la cabergoline;
  • la calcitonine;
  • le polystyrène sulfonate de calcium;
  • la carbamazépine;
  • la chloroquine;
  • le cisapride;
  • le crizotinib;
  • la cyclobenzaprine;
  • le dégarélix;
  • la desmopressine;
  • la desvenlafaxine;
  • le dextrométhorphane;
  • le diltiazem;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (les pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dofétilide;
  • l'éplérénone;
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • la flécaïnide;
  • le fluconazole;
  • les sels d'iodure (par ex. l'iode, l'iodure de potassium);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • le méthyldopa;
  • la métoclopramide;
  • la mifépristone;
  • les AINS (par ex. le célécoxib, le naproxène, l'ibuprofène);
  • la mirtazapine;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • la phénytoïne;
  • la procaïnamide;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • la rilpivirine;
  • la romidepsine;
  • le millepertuis;
  • le saquinivir;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • le bicarbonate de sodium;
  • le chlorure de sodium;
  • le polystyrène sulfonate de sodium;
  • le sotalol;
  • le tapentadol;
  • la tétrabénazine;
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la nortriptyline);
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • le tryptophane;
  • la venlafaxine;
  • le vérapamil.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.