Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La brimonidine appartient à la famille des médicaments appelés agonistes des récepteurs alpha-2 adrénergiques. Elle est offerte sous forme de gouttes ophtalmiques et s'utilise pour diminuer la pression intraoculaire des personnes atteintes d'un glaucome à angle ouvert ou d'hypertension intraoculaire (élévation de la pression à l'intérieur de l'œil).

L'œil produit du liquide qui est constamment éliminé. Lorsque l'excrétion de ce liquide ne se fait pas convenablement, la pression à l'intérieur de l'œil augmente. L'action de la brimonidine réduit la quantité de liquide produite par l'œil et elle favorise l'écoulement du liquide hors de l'œil. Elle commence à agir dans les 2 heures qui suivent son instillation dans l'œil atteint.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Apo-Brimonidine
Chaque mL de solution limpide, jaune vert contient 2,0 mg (0,2 %) de tartrate de brimonidine. Ingrédients non médicinaux : chlorure de benzalkonium comme agent de conservation, acide citrique, acide chlorhydrique, alcool polyvinylique, chlorure de sodium, citrate de sodium, hydroxyde de sodium et eau pour injection.

Apo-Brimonidine P
Chaque mL de solution ophtalmique contient 1,5 mg (0,15 %) de tartrate de brimonidine. Ingrédients non médicinaux :  solution stabilisée de chlorite de sodium 25 % p/v (comme agent de conservation), acide borique, chlorure de calcium dihydraté, carboxyméthylcellulose de sodium, chlorure de magnésium, chlorure de potassium, borate de sodium, chlorure de sodium, eau pour injection et acide chlorhydrique ou hydroxyde de sodium pour ajuster le pH.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose usuelle recommandée pour les adultes est 1 goutte de brimonidine à 0,2 % instillée dans l'œil atteint 2 fois par jour, à approximativement 12 heures d'intervalle (par ex. le matin et au coucher).

La dose recommandée pour les adultes qui emploient les gouttes ophtalmiques à 0,15 % est 1 goutte instillée dans l'œil atteint 3 fois par jour, à approximativement 8 heures d'intervalle.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière d'appliquer le médicament sans le consulter au préalable.

Quelques flacons de gouttes ophtalmiques sont munis d'un capuchon qui vous aide à vous souvenir du nombre de doses que vous instillez chaque jour. Référez-vous à la notice d'accompagnement du produit et examinez l'illustration du bon mode d'emploi de ces gouttes.

Mode d'emploi des gouttes ophtalmiques

  1. Lavez-vous les mains avant d'employer les gouttes ophtalmiques;
  2. Retirez le capuchon et placez-le dans un endroit propre. Veillez à ce que le bout du flacon ne touche aucune surface afin d'éviter toute possibilité de contamination;
  3. Penchez la tête en arrière et levez les yeux vers le plafond.
  4. Abaissez doucement la paupière inférieure en tirant dessus avec votre index afin de former une petite poche.
  5. Déposez une goutte dans la petite poche, mais ne laissez pas l'embout du flacon toucher l'œil ou les structures périphériques.
  6. Appuyez doucement sur le coin interne de l'œil (vers la racine du nez) pendant environ 30 secondes (c'est ce que l'on appelle une occlusion nasolacrimale ).  Vous faites ainsi obstacle à l'écoulement du médicament dans la circulation sanguine par le conduit lacrymal. Vous prévenez également la possibilité d'effets secondaires;
  7. Procédez de la même façon avec l'autre œil, s'il doit être soigné.
  8. Lavez-vous de nouveau les mains afin d'enlever toute trace de médicament.

Ne laissez pas l'embout du compte-gouttes toucher l'œil ni les structures périphériques. Des bactéries à l'origine d'infections oculaires pourraient le contaminer. L'emploi de gouttes ophtalmiques contaminées pourrait engendrer des dommages oculaires notables.

Si vous portez des verres de contact, retirez-les avant d'instiller la brimonidine dans l'œil. Vous pouvez remettre vos verres de contact 15 minutes après l'instillation du médicament.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'instillez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Certaines marques exigent que le médicament inutilisé 28 jours après l'ouverture du contenant soit jeté, et qu'un nouveau flacon soit ouvert. Référez-vous à la notice d'accompagnement du produit ou parlez à votre pharmacien pour obtenir de plus amples renseignements.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer les gouttes ophtalmiques de brimonidine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la brimonidine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la prise des inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou MAOI (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine).

Ne donnez pas ce médicament aux enfants âgés de moins de 2 ans.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération du goût;
  • le changement de la couleur du blanc de l'œil;
  • une faiblesse musculaire;
  • des maux de tête;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une sécheresse oculaire;
  • une sensation de cuisson, une sensation de piqûre, ou de l'irritation oculaire déclenchée par l'instillation des gouttes ophtalmiques ;
  • de la somnolence, ou de la fatigue;
  • une vision floue temporaire.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur ralentis;
  • des étourdissements,
  • des étourdissements, ou une une sensation de tête légère, suivant le passage de la station couchée ou assise à la station debout;
  • des problèmes de la vue (par ex. une diminution de l'acuité visuelle);
  • une rougeur, une enflure ou une démangeaison de la paupière ;
  • une rougeur de l'œil ou de la surface interne de la paupière ;
  • une sensibilité de l'œil à la lumière;
  • des signes d'une infection oculaire (par ex. de la douleur, une irritation, ou une rougeur de l'oeil; une sensibilité accrue à la lumière)
  • des symptômes semblables à ceux du rhume (par ex. maux de gorge, fatigue, une congestion nasale ou des écoulements nasaux).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une réaction allergique comme une difficulté respiratoire, de l'urticaire, ou une éruption cutanée qui démange.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Verres de contact : les personnes qui portent des verres de contact devraient les retirer avant d'instiller les gouttes ophtalmiques et attendre au moins 15 minutes avant de les reporter.

Dépression : si vous êtes atteints d'une dépression clinique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament peut influer sur votre état pathologique et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous pourriez devoir consulter votre médecin plus souvent pour vous assurer que ce médicament n'aggrave pas votre affection.

Somnolence ou vigilance réduite : la brimonidine peut causer une fatigue et une somnolence temporaires. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner des machines ou d'entreprendre des activités potentiellement dangereuses jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Fonction rénale : l'utilisation des gouttes ophtalmiques de brimonidine par des personnes atteintes de maladie rénale n'a pas été étudiée. Si vous êtes atteints d'une maladie du rein ou du foie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : l'utilisation des gouttes opthalmiques de brimonidine par des personnes atteintes de maladie hépatique n'a pas été étudiée. En cas de fonction hépatique diminuée ou maladie hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Hypotension orthostatique : l'hypotension orthostatique, également connue sous le nom d'hypotension posturale, se produit lorsqu'il y a une chute de la pression artérielle lorsqu'on se lève. Cela peut se produire chez des personnes qui utilisent des gouttes ophtalmiques de brimonidine. Les personnes qui en sont atteintes devraient passer lentement de la position couchée ou assise à la position debout lorsqu'elles utilisent la brimonidine.

Maladie de Raynaud : la maladie de Raynaud est une affection des petits vaisseaux sanguins qui alimentent la peau. si vous êtes atteint de la maladie de Raynaud, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grave affection cardiovasculaire (cœur) : la brimonidine n'a généralement que peu d'effet sur la pression artérielle et le rythme cardiaque, mais il se peut qu'elle abaisse la pression artérielle et ralentisse le pouls si vous souffrez d'une maladie cardiaque grave. Si vous êtes atteints de maladie cardique grave, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Thromboangéite oblitérante : la thromboangéite oblitérante est une affection qui provoque l'inflammation des artères et des veines de petit et de moyen calibre. Si vous êtes atteints de thromboangéite oblitérante, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la brimonidine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ce médicament n'est pas recommandé pour les enfants étant donné que de graves effets secondaires ont été observés dans les personnes âgées de moins de 18 ans. Il ne faut pas donner ce médicament aux enfants de moins de 2 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la brimonidine et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosin, la doxazosine, la tamsulosine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, l'imipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la fluphénazine, l'halopéridol, le pimozide, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aripiprazole;
  • l'azélastine;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les bêtabloquants (par ex. l'aténolol, le métoprolol, le propranolol);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine II (par ex. l'irbésartan, le losartan);
  • la buprénorphine;
  • des benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la buspirone;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • la carbamazépine;
  • l'hydrate de chloral;
  • le diphénoxylate;
  • les diurétiques (par ex. l'hydrochlorothiazide, le furosémide);
  • le dropéridol;
  • l'éfavirenz;
  • la gabapentine;
  • hydralazine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (par ex. le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, l'escitalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • la lamotrigine;
  • le lévétiracétam;
  • la mirtazapine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, isosorbide dinitrate);
  • l'olopatadine;
  • la phénytoïne;
  • la pramipexole;
  • le riociguat;
  • la ropinirole;
  • la scopolamine;
  • le tapentadol;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la zopiclone;
  • le zolpidem.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.