Description

Le SRAS (le syndrome respiratoire aigu sévère) est une affection grave du système respiratoire qui s'apparente à la pneumonie et qui a d'abord été remarquée en février 2003 dans le sud-est de l'Asie.

La pneumonie est un terme générique qui désigne une inflammation des sacs aériens présents dans les poumons. Cette inflammation est due à une infection ou à une exposition à un produit chimique. Lorsque la pneumonie se manifeste, les poumons se remplissent de liquide, ce qui obstrue le passage de l'oxygène vers le sang. Le SRAS est également connu sous le nom de pneumonie atypique parce qu'il n'est pas provoqué par les bactéries ni les virus habituellement responsables de la pneumonie.

Le SRAS provoque une forte fièvre, de graves problèmes respiratoires et des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe. Plus de 8 000 cas ont été signalés dans le monde pendant l'épidémie de 2003. Au Canada, environ 10 % des personnes atteintes du SRAS en sont mortes.

Pour mettre le SRAS en contexte, soulignons que la grippe cause actuellement de 250 000 à 500 000 décès par an partout dans le monde. Chaque année, de 2 000 à 8 000 personnes meurent de la grippe et de ses complications au Canada. Par contraste, la flambée de SRAS de 2003 n'a entraîné que 8 098 cas probables et 774 morts dans le monde. Depuis lors, quelques cas ont été rapportés en 2004 (par les laboratoires) mais aucun autre cas n'a été signalé depuis.

Causes

Le coronavirus est la cause du SRAS. Il existe plusieurs sortes de coronavirus, dont ceux qui causent le rhume banal. Le coronavirus du SRAS (CoV-SRAS) était une nouvelle variante qui pourrait avoir été transmise de l'animal à l'homme.

La façon dont le SRAS se propage n'est pas complètement comprise, mais les experts pensent qu'il se transmet surtout lors de contacts étroits avec une personne infectée (une personne qui vit sous le même toit ou à qui des soins ont été dispensés, un contact direct avec les sécrétions respiratoires et les liquides biologiques d'une personne atteinte du SRAS). Le virus semble se propager par les fines gouttelettes expulsées lors de la toux ou des éternuements et par les sécrétions organiques. Il est également possible de contracter le virus en touchant à des surfaces comme des poignées de porte et des boutons d'ascenseurs.

Certains experts pensent que le SRAS peut également se contracter par l'ingestion de matières fécales contenant le virus (à cause d'un mauvais traitement des eaux usées ou de la contamination des aliments ou de l'eau).

La plupart des cas répertoriés au Canada pendant la flambée de 2003, sinon tous, ont touché :

  • des personnes qui revenaient d'un voyage en Asie ;
  • des travailleurs dans le domaine de la santé qui avaient pris soin de personnes atteintes du SRAS ;
  • les proches parents de personnes atteintes du SRAS.

Symptômes et Complications

Les principaux symptômes du SRAS sont :

  • une forte fièvre (supérieure à 38 °C ou à 100,4 °F) ;
  • une toux sèche, un essoufflement ou une difficulté respiratoire.

Habituellement, le premier symptôme est la fièvre. Elle s'accompagne souvent de douleurs musculaires, de frissons, de maux de tête et de gorge et d'une diarrhée. Une toux sèche et de l'essoufflement viennent s'ajouter à ces premiers symptômes, environ 1 à 2 jours plus tard. La plupart des personnes commencent à se rétablir après 6 ou 7 jours.

Cependant, certaines personnes observent l'évolution de graves difficultés respiratoires pouvant nécessiter une aide respiratoire (un ventilateur). Le risque de décès est plus élevé dans ce groupe. Les personnes de plus de 50 ans et celles qui souffrent d'autres affections (par ex. des problèmes cardiaques, un diabète) sont plus vulnérables aux troubles respiratoires graves.

Diagnostic

Votre médecin soupçonnera probablement le SRAS si vous ressentez des symptômes attribuables à cette infection au cours d'une flambée de SRAS. Votre médecin vous posera des questions sur vos symptômes et vos récents voyages et vous demandera si vous avez été en contact avec une personne atteinte du SRAS.

Si votre médecin a des raisons de croire que vous souffrez du SRAS, il vous conseillera de vous rendre directement à l'hôpital plutôt que de venir le voir. Le personnel de l'hôpital prendra les précautions nécessaires pour éviter la propagation de l'infection. Pendant une épidémie, certains hôpitaux mettent sur pied des cliniques réservées aux personnes atteintes du SRAS.

Pour diagnostiquer le SRAS, un médecin procédera à un examen physique et vérifiera si vous avez de la fièvre et si vos ganglions sont enflés, puis il auscultera vos poumons au moyen d'un stéthoscope. L'accumulation de liquides dans les poumons est mise en évidence par une radiographie pulmonaire, un tomodensitomètre ou par l'imagerie par résonance magnétique (une IRM). Le médecin enverra un échantillon de vos crachats (des mucosités) à un laboratoire pour que les résultats des analyses confirment son diagnostic.

Traitement et Prévention

Les personnes atteintes du SRAS doivent être soignées dans un hôpital. Comme il s'agit d'une affection grave, les symptômes seront traités en premier lieu, avant même que la cause de l'affection soit confirmée. Les cas soupçonnés de SRAS seront mis en isolement afin de protéger les autres patients et le personnel soignant. À ce jour, aucun remède n'a fait ses preuves contre le SRAS.

Le traitement est en grande partie un traitement de soutien qui peut faire appel à des solutions intraveineuses (des liquides injectés dans une veine) ou à un appareil qui aide à respirer. Bien que les antibiotiques n'exercent aucun effet direct sur le SRAS (car il est de nature virale), ils sont parfois employés en cas d'infection bactérienne secondaire. Les bienfaits des médicaments antiviraux ou des corticostéroïdes (par ex. la prednisone*) n'ont pas été établis.

Il n'existe en ce moment aucun vaccin ni médicament qui protège du SRAS. Pour vous protéger contre les infections virales en général, pratiquez une bonne hygiène des mains. Lavez-les fréquemment avec de l'eau et du savon et frictionnez-les vigoureusement pendant au moins 20 secondes ; si vos mains ne semblent pas sales, vous pourriez avoir recours à une lotion à base d'alcool comme alternative.

Pendant une épidémie, les travailleurs de la santé doivent suivre les politiques d'isolement de leur établissement lorsqu'ils s'occupent d'une personne atteinte du SRAS. Si vous n'œuvrez pas dans le domaine de la santé, évitez tout contact étroit avec les personnes atteintes du SRAS ou qui en manifestent les symptômes. Lavez-vous souvent les mains, surtout avant de manger ou de toucher votre visage.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.