Description

Les maux de tête sont extrêmement courants : la plupart des gens souffrent de maux de tête à un certain moment de leur vie. Ces douleurs disparaissent généralement d'elles-mêmes (après quelque temps) ou à l'aide d'analgésiques légers. Les maux de tête représentent généralement un inconvénient léger et temporaire, mais certaines personnes ont des douleurs suffisamment intenses pour consulter un médecin afin d'obtenir un soulagement.

Les enfants peuvent également éprouver des maux de tête, certains bien avant d'atteindre 10 ans. La recherche indique qu'avant la puberté, les maux de tête sont plus fréquents chez les garçons, mais que cette tendance s'inverse après la puberté. Les femmes adultes éprouvent davantage de maux de tête que les hommes et ces douleurs sont souvent liées au cycle menstruel. Avec le vieillissement, les femmes et les hommes ont généralement moins de maux de tête, et les douleurs sont moins intenses.

Les maux de tête peuvent prendre plusieurs formes : céphalée par tension nerveuse, migraines, céphalée de la sinusite et algie vasculaire de la face. Dans de rares cas, les maux de tête peuvent indiquer un trouble plus grave qui exige des soins médicaux immédiats.

Causes

Les maux de tête peuvent être déclenchés par divers facteurs. Le stress ou des tensions prolongées en sont les causes les plus fréquentes. Il s'agit alors d'un ecéphalée par tension nerveuse ou d'une céphalée en casque. Presque toutes les personnes en sont victimes à un moment ou à un autre. Les muscles du cuir chevelu, du cou et du visage se resserrent et se contractent, ce qui provoque des spasmes et de la douleur. Divers facteurs psychologiques comme l'anxiété, la fatigue (par ex. la fatigue oculaire), le stress (par ex. de longues périodes de concentration) de même que certains facteurs comme une tension dans le cou (par ex. à la suite d'un travail prolongé devant l'ordinateur) sont souvent les facteurs qui déclenchent les céphalées par tension nerveuse.

Les migraines sont généralement plus intenses et peuvent entraîner une perte de fonction. On ne connaît pas la cause des migraines, mais on a défini certains déclencheurs. Ceux-ci comprennent des changements hormonaux (pendant le cycle menstruel), certains aliments (par ex. le chocolat, les fromages vieillis), des boissons (par ex. le vin rouge), des odeurs fortes, le manque de sommeil et même le stress. Il n'est pas rare qu'on souffre de maux de tête mixtes combinant la migraine et la céphalée de tension.

Les céphalées de la sinusite sont plus rares qu'on ne le croit. Elles surviennent parfois après une infection des voies respiratoires supérieures, comme un rhume. En plus du mal de tête, les gens se plaignent souvent de congestion ou d'écoulement nasal. Les céphalées de la sinusite dépendent de la présence de bactéries qui envahissent et infectent les sinus nasaux.

Une algie vasculaire de la face est moins courantes que les autres types de maux de tête. Elles surviennent généralement en rafales, pendant quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, suivies de longues périodes sans douleur pouvant durer de quelques mois à quelques années. À l'occasion, elles sont déclenchées par l'alcool, mais leur cause est inconnue.

Les céphalées qui évoquent « des coups de pic à glace » s'accompagnent de douleurs intenses durant quelques secondes, surviennent soudainement et sont très localisées. La cause exacte de ces maux de tête est inconnue, mais ils sont rarement liés à un problème de santé sérieux.

Symptômes et Complications

Les céphalées par tension nerveuse provoquent généralement une pression constante qui entraîne une « douleur lancinante » dans toute la tête. Dans la plupart des cas, la douleur s'installe lentement et se concentre au-dessus des yeux. Un sentiment d'oppression apparaît au front ou à la nuque. La douleur peut persister pendant des heures ou des jours, et les douleurs légères ou modérées s'accentuent généralement en fin de journée.

L'algie vasculaire de la face survient en « grappe », et les douleurs persistent de 20 à 90 minutes chaque fois. Elles commencent généralement pendant le sommeil, se limitent à un côté de la tête (douleurs unilatérales) et peuvent être très intenses. Elles s'accompagnent souvent d'autres symptômes du même côté que le mal de tête, comme un rougissement de l'œil et un larmoiement, l'abaissement d'une paupière, ainsi qu'une congestion et un écoulement nasal.

L'intensité des migraines peut varier de légère à intense. Elles apparaissent souvent d'un côté de la tête, mais peuvent parfois atteindre les deux. Le foyer, la durée et l'intensité des douleurs varient beaucoup d'une personne à l'autre et d'une fois à l'autre. La migraine entraîne habituellement des douleurs qui se présentent sous forme de pulsations et s'accompagnent souvent d'autres symptômes comme la nausée, des vomissements, des troubles de la vue et une hypersensibilité à la lumière, au bruit et aux odeurs. Une attaque de migraine peut persister pendant quelques heures ou quelques jours et dure en moyenne de 12 à 18 heures. Elles sont souvent si intenses et invalidantes que la personne atteinte doit délaisser ses activités quotidiennes normales.

On distingue deux types de migraines : la migraine avec aura et la migraine sans aura. Avant la migraine, certaines personnes rapportent une période appelée « aura », qui dure de 10 à 30 minutes. Pendant cette période, les gens éprouvent des troubles visuels, par exemple des taches aveugles, des éclairs en zigzag et des étincelles lumineuses. L'aura disparaît généralement lorsque les maux de tête commencent, mais il peut y avoir une période de chevauchement. Parfois, l'aura n'est pas suivie de maux de tête, mais il est plus fréquent qu'aucune aura ne précède le mal de tête.

Même si les maux de tête sont parfois douloureux et invalidants, ils ne sont généralement pas causés par des problèmes médicaux graves. Toutefois, à l'occasion, les maux de tête témoignent d'un trouble plus grave. En effet, une hypertension très marquée (supérieure à 180/110 mm Hg), un accident vasculaire cérébral, la présence d'une tumeur au cerveau ou d'un anévrisme du cerveau (un point faible de la paroi d'un vaisseau sanguin) peuvent provoquer des maux de tête. La méningite (infection de la membrane du cerveau) peut également provoquer des maux de tête, plus particulièrement s'ils apparaissent soudainement et s'accompagnent d'une fièvre, d'une rigidité du cou et de troubles visuels (dédoublement de la vue).

Il importe de recevoir des soins médicaux d'urgence lorsque les maux de tête :

  • apparaissent de façon soudaine et sont très intenses;
  • réveillent la personne qui en souffre ou empirent lorsqu'elle s'étend;
  • s'accompagnent de convulsions, de troubles psychologiques et d'une perte de conscience;
  • s'accompagnent d'une incapacité fonctionnelle neurologique (par ex. une perte de l'équilibre, de la faiblesse, un engourdissement ou des difficultés d'élocution) et d'un dédoublement de la vue (ce qui peut indiquer un accident vasculaire cérébral);
  • s'accompagnent de nausée persistante et de vomissement;
  • s'aggravent sur une période de quelques jours ou de quelques semaines;
  • se démarquent des maux de tête habituels;
  • sont associés à une fièvre ou à une rigidité du cou (ce qui peut indiquer une méningite).

Diagnostic

Lorsque les maux de tête sont fréquents et intenses, le médecin procède à un examen afin de déceler la présence de troubles graves susceptibles d'être mortels (par ex. un accident vasculaire cérébral, une méningite) et instaure au besoin des soins d'urgence. De plus, lorsqu'une personne qui éprouve fréquemment des céphalées remarque un changement dans la nature de ces maux de tête, il est préférable qu'elle consulte le médecin.

De façon générale, les antécédents du patient et un examen physique détaillé permettent de diagnostiquer le type de mal de tête. Comme les céphalées par tension nerveuse sont très courantes, le médecin note les antécédents du patient et pose des questions à propos du niveau de stress et d'autres facteurs personnels (par ex. le travail) qui peuvent déclencher les maux de tête. Selon leur siège, leur durée et les symptômes connexes, le médecin peut établir le type de maux de tête dont il s'agit.

Dans certains cas, une tomodensitographie ou une imagerie par résonance magnétique peuvent être effectuées pour éliminer les causes graves susceptibles de provoquer la céphalée.

Traitement et Prévention

Comme les céphalées par tension nerveuse sont provoquées par divers facteurs comme une tension dans le cou, le stress et l'anxiété, le traitement exige, dans la mesure du possible, l'élimination de la situation stressante. La prise d'analgésiques vendus sans ordonnance comme l'acétaminophène * ou l'ibuprofène, et la recherche de moyens de détente, du repos, un ajustement de la posture et un régime d'exercice peuvent contribuer à soulager et à prévenir les maux de tête.

L'algie vasculaire de la face réagit plutôt mal aux médicaments en vente libre. Un traitement à l'oxygène et des médicaments sur ordonnance comme le lithium, les inhibiteurs calciques (également administrés contre l'hypertension artérielle), les stéroïdes, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et certains médicaments contre les migraines, entre autres peuvent souvent être utiles. Si vous croyez souffrir d'algie vasculaire de la face, consultez votre médecin.

Les maux de tête liés à une sinusite aiguë exigent généralement la prise d'antibiotiques ou d'autres traitements visant à éliminer l'infection. Une fois l'infection maîtrisée, les maux de tête disparaissent. Pendant la durée du traitement, la prise d'analgésiques vendus sans ordonnance peut contribuer à soulager les douleurs.

Les migraines peuvent être traitées avec des analgésiques vendus sans ordonnance comme l'AAS (l'acide acétylsalicylique), l'acétaminophène ou l'ibuprofène lorsque le mal de tête est léger.

Si les maux de tête sont plus violents, la prescription de médicaments plus puissants sera peut-être nécessaire. Ceux-ci appartiennent à 2 groupes distincts :

1) les traitements d'urgence :

  • les agonistes de la sérotonine appelés « triptans » (par ex. le sumatriptan, le zolmitriptan);
  • les AINS;
  • les antagonistes de la dopamine (par ex. le métoclopramide, la prochlorpérazine);
  • les analgésiques comportant de la codéine ou de la mépéridine;
  • les dérivés de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine).

2) les traitements préventifs :

  • les anticonvulsivants comme l'acide valproïque, le divalproex de sodium, la gabapentine et le topiramate;
  • les antidépresseurs tricycliques comme l'amitriptyline et la nortriptyline;
  • des bloqueurs de la sérotonine comme le pizotifène;
  • l'évitement des facteurs déclenchants de la migraine;
  • les hypotenseurs comme les médicaments bêtabloquants (par ex. le propranolol ou le métoprolol), le candésartan, le lisinopril et les bloqueurs des canaux calciques (par ex. le flunarizine et le vérapamil);
  • la riboflavine (la vitamine B2), la coenzyme Q10, le pétasite ou des suppléments de magnésium.

Il semblerait que les traitements de chiropratique comme les manipulations vertébrales peuvent aider à soulager les maux de tête ayant leur origine dans le cou.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.