Description

La bronchite chronique fait partie d'un groupe d'affections appelé broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Le terme BPCO décrit donc toutes les maladies qui entraînent une difficulté respiratoire due à l'obstruction constante des voies respiratoires.

La bronchite est caractérisée par une toux, habituellement avec un certain degré de production de crachats. La toux est présente parce que les voies aériennes sont constamment enflammées et qu'elles secrètent du mucus. Lorsque la toux et les expectorations persistent pendant plus de 3 mois, au cours de 2 années consécutives, cette affection est appelée bronchite chronique. En Amérique du Nord, environ une personne sur 20 souffre de bronchite chronique.

L'usage du tabac pendant de longues années est à l'origine d'environ 90 % des cas de bronchite chronique et la grande majorité des personnes atteintes de bronchite chronique ont plus de 45 ans. Le risque de bronchite chronique est également plus élevé chez les travailleurs de certaines industries, par exemple les mineurs de charbon, les soudeurs, les travailleurs qui manipulent l'amiante ou les produits céréaliers.

Lorsque la respiration devient soudainement beaucoup plus difficile chez une personne atteinte de bronchite chronique, cette personne présente peut-être une exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC). Durant une exacerbation aiguë, la respiration est plus laborieuse en raison du rétrécissement encore plus marqué des bronches, et de la sécrétion de grandes quantités de mucus, souvent anormalement épais.

Causes

Chez une personne atteinte de bronchite chronique, le rétrécissement accentué des voies respiratoires qui entraîne une EABC peut être attribuable à des allergènes (par ex. des pollens, la fumée de bois ou de cigarette, la pollution), à des toxines (diverses substances chimiques) ou à une infection aiguë d'origine virale ou bactérienne.

En général, les infections bactériennes sont caractérisées par la production d'un mucus jaune ou verdâtre, beaucoup plus épais que la normale. Toutefois, la présence d'un mucus coloré ne signifie pas nécessairement qu'une personne est atteinte d'une infection bactérienne.

Lorsqu'une personne est atteinte d'une maladie chronique sévère des poumons causée par le tabagisme, un incident aussi peu important qu'un rhume de poitrine peut s'avérer capable d'empirer leur fonction respiratoire au point de rendre une hospitalisation nécessaire.

Symptômes et Complications

L'EABC s'accompagne d'une toux plus fréquente et plus profonde, et souvent, d'une congestion accrue et d'un malaise à la poitrine. Une augmentation de l'essoufflement est également typique et il est également possible d'entendre des sifflements respiratoires.

L'exacerbation aiguë causée par une infection entraîne aussi parfois de la faiblesse, de la fièvre et des frissons. Pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une pneumonie, le médecin fera peut-être passer une radiographie pulmonaire. Le sang dans les sécrétions peut aussi indiquer la présence d'autres maladies et doit être rapidement signalé à votre médecin.

Diagnostic

On dit qu'une exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC) s'est produite si on a constaté une augmentation de la fréquence et de la sévérité de la toux, tout comme de plus grandes quantités de crachats ou une intensification de l'essoufflement.

La difficulté est de diagnostiquer de façon précise la cause de l'EABC pour choisir ensuite le traitement le plus efficace. Il importe donc qu'une personne qui souffre de cette maladie décrive clairement au médecin les circonstances qui ont précédé la détérioration de son état. Il faut l'informer d'une exposition à des irritants inhalés tels que la fumée secondaire. Il est essentiel de lui décrire de manière détaillée ses symptômes ponctuels (fièvre, frissons, etc.).

Votre médecin fera possiblement l'investigation de votre EABC à partir d'une radiographie pulmonaire ou d'une culture de sécrétions. Le traitement commence souvent de façon empirique en attendant les résultats de ces tests.

Traitement et Prévention

Plusieurs mesures aident à prévenir les exacerbations aiguës chez une personne atteinte de bronchite chronique, à savoir :

  • cesser de fumer et éviter l'exposition à la poussière, à la fumée secondaire ou à d'autres irritants inhalés;
  • se faire vacciner contre la grippe (chaque année) et la pneumonie (injection unique ou multiple selon les recommandations de votre médecin);
  • faire régulièrement de l'exercice, se reposer suffisamment et manger sainement, conformément aux conseils des professionnels de la santé;
  • éviter les contacts avec des personnes atteintes d'une maladie respiratoire infectieuse comme le rhume ou la grippe;
  • boire beaucoup et veiller à ce que le taux d'humidité dans la maison soit suffisamment élevé pour atténuer la production de mucus épais et l'oppression thoracique.

Parmi les options de traitement des exacerbations aiguës de la bronchite chronique, on note les suivantes :

  • un antitussif peut être utilisé pour calmer les toux graves qui surviennent dans les cas d'EABC. Les expectorants sont recommandés pour liquéfier les sécrétions et libérer ainsi les voies aériennes plus facilement. Boire beaucoup de liquide aide aussi à éclaircir les sécrétions.
  • un traitement inhalé par bronchodilatateur. Les bronchodilatateurs, par exemple le salbutamol, l'ipratropium et la terbutaline * dilatent les bronches.
  • un traitement par antibiotiques lorsque le médecin soupçonne qu'une infection bactérienne est la cause de l'exacerbation. Les antibiotiques sont inefficaces lorsque l'infection est d'origine virale. En général, les infections virales guérissent sans traitement, avec du repos et des soins appropriés. Toutefois, d'autres médicaments que les antibiotiques peuvent être nécessaires pour soulager les symptômes.
  • un traitement par des corticostéroïdes, notamment la prednisone prise par voie orale (par la bouche) ou la fluticasone en inhalation, diminue l'inflammation dans les voies respiratoires; les corticostéroïdes oraux sont en général administrés pendant une brève période tandis que les préparations inhalées peuvent être administrées plus longtemps.
  • la théophylline. Il s'agit d'un médicament à administration orale qui peut aider à atténuer la difficulté respiratoire, bien qu'on le prescrive moins de nos jours. Si la personne qui souffre d'une exacerbation aiguë de la bronchite chronique ne prend pas déjà de la théophylline, le médecin peut décider de lui en prescrire pour soulager ses symptômes d'exacerbation aiguë.
  • l'oxygénothérapie convient lorsque le médecin constate que le taux d'oxygène dans le sang n'est pas assez élevé. Certaines personnes qui souffrent d'une bronchite chronique grave ont constamment besoin d'oxygène. Les appareils portables pour l'oxygénothérapie à domicile leur permettent de rester mobiles tout en recevant l'oxygène dont elles ont besoin.

Toutes les personnes qui souffrent de bronchite chronique devraient avoir un traitement ou un « plan de soin » en cas d'apparition soudaine d'exacerbations aiguës. Le médecin et le patient doivent s'entendre sur les symptômes à surveiller (par ex. un essoufflement, un changement dans l'apparence et dans la quantité des sécrétions) avant que le patient entreprenne l'automédication. Un tel plan de soin permet au patient d'amorcer le traitement immédiatement pour maîtriser le mieux possible les symptômes jusqu'à ce qu'il puisse consulter le médecin.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.