Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) réduisent la douleur et l'inflammation articulaires. Ils ne préviennent pas les lésions articulaires, mais ils peuvent soulager la douleur, atténuer la raideur et améliorer les capacités fonctionnelles articulaires.

Il existe de nombreux AINS. Les AINS couramment utilisés dans le traitement de la spondylarthrite ankylosante sont les suivants :

  • le célécoxib (Celebrex® et génériques)
  • le diclofénac (Voltaren® et génériques)
  • l'ibuprofène (Advil®, Motrin® et génériques)
  • l'indométhacine (génériques)
  • le méloxicam (Mobic® et génériques)
  • le naproxène (Naprosyn® et génériques)
  • À quoi servent-ils ? La manière dont les AINS agissent n'est pas complètement comprise, mais on suppose qu'ils interviennent dans le blocage des substances chimiques responsables de l'inflammation dans l'organisme.
  • Comment les utiliser ? Le mode d'utilisation dépend du type d'AINS utilisé. Les AINS se prennent habituellement chaque jour, éventuellement en doses fractionnées.

Les effets secondaires courants associés aux AINS sont les dérangements d'estomac, les nausées, les vomissements, la diarrhée, la constipation, les brûlures d'estomac, les étourdissements, les maux de têtes et les maux de ventre. Les tintements d'oreille, la rétention liquidienne, l'éruption cutanée et l'élévation de la tension artérielle sont d'autres effets secondaires possibles. Les effets secondaires graves sont les ulcères, les saignements gastriques, les problèmes cardiaques (dont le risque de crise cardiaque ou d'AVC) et les problèmes rénaux.

Les effets secondaires gastro-intestinaux associés aux AINS peuvent généralement être minimisés en prenant le médicament avec de la nourriture ou en prenant un autre médicament pour protéger la paroi de l'estomac. Si vous avez des problèmes de foie ou de reins, si vous présentez des troubles sanguins ou des problèmes cardiaques, si vous faites de l'hypertension, de l'asthme ou du diabète, signalez le à votre médecin.

Demandez à votre médecin de vous parler davantage des AINS dans le traitement de la spondylarthrite ankylosante.