Vous ne pouvez pas voir, toucher ni sentir les phéromones, mais elles peuvent influer considérablement sur l'attrait que vous éprouvez pour d'autres personnes. Non, elles ne sont pas les chérubins invisibles de Cupidon, bien qu'elles exercent des effets tout aussi magiques. Les phéromones sont en fait des messagers chimiques émis par un organisme vivant dans le but de susciter une réponse chez un autre organisme de la même espèce.

Les phéromones sont des mélanges de substances chimiques, y compris d'acétates et d'aldéhydes, et on croit que diverses associations de ces substances envoient des signaux différents. Les scientifiques les étudient chez les insectes depuis des dizaines d'années. À titre d'exemple, l'abdomen de la femelle du papillon de nuit est muni d'une glande qui sécrète des phéromones. Le papillon de nuit mâle, excité par ce signal, vole sur une distance pouvant atteindre 48 kilomètres pour trouver la femelle et s'accoupler avec elle. Depuis 1959, nous avons synthétisé des phéromones d'insectes afin de lutter contre les populations de ravageurs, par exemple pour semer la confusion parmi les mâles et les empêcher de trouver les femelles.

Nous en avons également beaucoup appris sur les phéromones chez les animaux. Les hamsters en ont besoin pour reconnaître les autres hamsters appartenant à leur groupe social ainsi que pour choisir un compagnon ou une compagne. Les phéromones aident à déterminer l'ordre hiérarchique chez les éléphants mâles; elles permettent également aux rates à apprendre à leurs rejetons à distinguer ce qui est comestible de ce qui est toxique.

Les phéromones humaines, par contre, suscitent des débats animés. Leur rôle dans l'attirance des humains envers d'autres humains demeure controversé, en partie parce que les canaux nasaux employés par les animaux pour sentir les phéromones semblent inactifs chez les êtres humains (certains chercheurs prétendent que cela est faux et que nous n'avons tout simplement pas identifié le nerf qui permet de les sentir).

La plupart des chercheurs s'accordent sur le fait que les phéromones humaines existent. Ils se fondent en partie sur une étude menée en 1971 qui révèle que le cycle menstruel des femmes qui vivent ou qui travaillent ensemble a tendance à se synchroniser au fil du temps. Selon les chercheurs, ce phénomène pourrait résulter du fait que les femmes détectent les phéromones des autres femmes dans le même milieu.

D'autres études ont comparé les réactions des hommes et des femmes à des substances chimiques qui ressemblent à des hormones, tel l'androstadiénone (dérivé de la testostérone, l'hormone sexuelle mâle) et l'estratétraénol (apparenté à l'œstrogène, l'hormone sexuelle femelle). Les auteurs d'une étude suédoise conduite en 2001 ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour examiner l'hypothalamus, une structure dans le cerveau qui agit sur la libération des hormones sexuelles dans le corps. Ils ont découvert que seul l'hypothalamus des femmes répond à l'androstadiénone et que seuls les hommes réagissent à l'estratétraénol. Ils n'ont pas établi exactement ni comment ni pourquoi. (Ce fait n'a pas empêché les entrepreneurs de vendre des parfums et de promettre que ces produits aideraient les acheteurs à attirer des compagnons de lit, tout comme l'herbe à chat attire les félins.)

Les travaux de recherche ont permis de faire d'autres découvertes fascinantes. À titre d'exemple, une étude publiée en 2005 nous a appris que, chez un groupe d'hommes homosexuels, l'hypothalamus a répondu à l'odeur d'un dérivé de la testostérone de la même manière que chez un groupe de femmes. On n'a pas clairement établi s'il s'agit d'un cas d'orientation sexuelle qui influe sur la biologie ou si c'est le contraire.

Pendant que les scientifiques tentent d'établir la légitimité des phéromones humaines et leur rôle dans la sexualité, que devraient faire les célibataires qui se languissent d'amour? L'apparence et la personnalité auront probablement beaucoup plus d'effet sur vos chances d'attirer et de garder un partenaire que ne le feront jamais les signaux chimiques. Même les chercheurs qui étudient le pouvoir des phéromones disent que leurs effets sont modifiés par les facteurs psychologiques et l'interaction sociale; il est donc probablement préférable de passer sur les parfums trop forts, mais de passer en revue vos manières.