Par quel moyen pouvez-vous effectuer un bon travail de deuil? Un grand nombre de personnes ont tiré parti des suggestions ci-après, et elles seront utiles à toute personne qui a subi une perte majeure. Bien que le chagrin soit accablant, il n'est pas nécessaire que vous laissiez une souffrance impuissante vous paralyser : 

  • acceptez le bouleversement. Un travail de deuil normal et sain est chaotique et compliqué. Vous êtes sous l'emprise d'un tourbillon d'émotions, et c'est parfois angoissant. Si vous savez déjà qu'il va vous emporter à toute vitesse dans une suite de montées et de descentes pendant un certain temps, vous pouvez vous détendre un peu et ne pas chercher à lui résister. Il ne s'agit pas d'aimer ce bouleversement, mais de vous rendre compte qu'il est utile de vous donner la permission d'en faire l'expérience;
     
  • prenez votre temps. Une tendance populaire pousse à croire que le travail de deuil doit s'effectuer très vite. C'est particulièrement le cas pour les personnes qui maîtrisent habituellement leurs émotions et détestent un grand désordre. Les amis d'une personne endeuillée souhaitent de façon peu réaliste qu'elle se remette rapidement de la perte de l'être cher. Ils ont ces attentes parce qu'ils désirent éviter la gêne des accès de chagrin et qu'ils ne connaissent pas bien la suite de réactions engendrées par le chagrin. Il faut compter au moins un an pour que la personne endeuillée puisse réintégrer la normalité de nouveau, car il lui faudra confronter le passage des saisons et des anniversaires pour la première fois sans la présence de la personne aimée;
     
  • consignez vos expériences par écrit. Prenez le temps, particulièrement vers la fin de la journée, de faire un compte rendu de votre chagrin. Tenez ce journal de bord pendant quelque temps puis relisez-le. C'est une bonne façon de vous rendre à l'évidence qu'au fil du temps le processus de guérison s'est lentement, mais effectivement amorcé. Certaines personnes aiment vraiment cette stratégie parce que l'écriture est une expérience personnelle et que personne d'autre ne verra ce qui a été exprimé;
     
  • songez à écrire une lettre ou deux. À un moment donné du processus de guérison, vous pourriez trouver utile d'écrire à la personne qui a disparu ou qui est morte. C'est une occasion de dire ce qui n'a pas été dit. À titre d'exemple, une personne a écrit à sa mère qui s'était donné la mort pour lui communiquer sa colère, sa tristesse et son amour. Une telle lettre peut être lue sur la tombe puis brûlée éventuellement, ou traitée de toute autre façon qui aurait un sens pour vous;
     
  • signalez à vos proches ce qui vous aiderait. Nous vivons dans une culture qui persiste à nier ou à ignorer la mort. Par conséquent, de nombreuses personnes ne savent pas comment se comporter avec un membre de la famille ou un ami en deuil d'un être cher. Ces personnes sont susceptibles de vous éviter ou de vous faire des remarques malséantes, simplement parce leur attitude est souvent dictée par l'ignorance. Il peut s'avérer utile de prendre quelques-unes de ces personnes à part pour leur donner une idée de vos besoins : « Je veux vous parler de temps en temps, et tout ce que j'attends de vous, c'est de m'écouter sans faire de commentaires ni me donner votre avis. Accordez-moi simplement la possibilité de rouspéter un peu »;
     
  • parlez ouvertement et fréquemment avec d'autres personnes. L'acheminement vers l'apaisement de votre douleur serait peut-être facilité si vous en communiquiez les étapes à quelques amis. Les sentiments nuisibles remonteront à la surface, et en leur donnant libre cours vous leur permettrez de s'estomper finalement. Si vous ne voulez pas épuiser les personnes qui vous écoutent, prenez l'habitude d'écrire. Ce n'est pas le récit de la perte que vous avez subie qui vous bouleverse puisque la douleur siège déjà dans vos entrailles, et ne fait surface qu'au moyen de la conversation;
     
  • faites de longues promenades. Le Dr Hans Selye, célèbre pionnier dans le domaine du stress, a publié des recherches sur la tension neuromusculaire susceptible d'être créée dans le corps par le stress. La marche est un exercice simple et efficace qui permet au corps d'évacuer cette tension. De telles sorties sont aussi bonnes pour l'esprit, car elles peuvent vous donner l'occasion de réfléchir ou de simplement décrocher et de profiter du panorama ou même de discuter avec un ami;
     
  • saisissez régulièrement les occasions de vous distraire. Tout type d'activité vous sera bénéfique, que ce soit votre travail, la lecture, un passe-temps, la musique ou les sports. Vous n'accélèrerez pas le processus de guérison en laissant l'évocation de la perte de l'être cher envahir votre mode de vie quotidien. En fait, le chagrin peut devenir accablant si vous ne faites pas l'effort de vous en dissocier de temps à autre. Les pensées et les sentiments inspirés par l'être aimé peuvent s'infiltrer dans tous les aspects de votre vie quotidienne. Par conséquent, il est bon d'axer votre attention sur quelque chose de totalement différent et de réserver une tranche de temps à cet effet chaque jour. La reprise du travail pourrait s'avérer difficile au début, mais elle occasionnera un changement de cadre bénéfique. Vous devrez toutefois veiller à ne pas trop vous distraire pour dissimuler le chagrin;
     
  • allez là où vous craignez vous rendre. Nombre d'endroits vous rappelleront l'être cher, ce pourrait être un parc, son restaurant préféré ou un endroit où vous pratiquiez fréquemment une activité ensemble. La seule pensée des instants partagés dans ces endroits vous causera de la peine, et vous aurez naturellement tendance à les éviter. Si vous succombiez à cette tentation, vous ne feriez que prolonger la douleur que suscitent ces endroits. Un premier retour au parc, par exemple, pourrait se solder par une douleur cuisante qui s'émousserait à chaque nouvelle visite;
     
  • préparez-vous au « bouleversement anniversaire ». Le jour marquant l'anniversaire de la mort de l'être cher provoquera le retour du bouleversement. En outre, Noël est souvent la période de l'année la plus difficile pour une personne en deuil parce que c'est une fête de famille qui s'accompagne de nombreux souvenirs pittoresques. Les anniversaires de naissance et de mariage, ainsi que d'autres jours mémorables ranimeront votre chagrin et vous feront croire que vous progressez à reculons. Cependant, la réaction dont vous faites l'expérience est normale dans le contexte de la perte d'un être cher;
     
  • dorlotez-vous. Les femmes sont naturellement inclinées à se dévouer aux personnes qu'elles aiment et elles oublient parfois de prendre soin d'elles-mêmes. Quand vous êtes en deuil d'un être cher qui vous manque terriblement, il importe que vous pensiez un peu à vous, et que vous vous traitiez avec tendresse de temps en temps. Les prévenances dont vous vous entourerez pourraient consister de gâteries ou d'activités que vous affectionnez particulièrement. Vous pourriez aussi prendre le temps d'écouter de la musique qui a un sens spécial pour vous ou faire des promenades extra longues.
 
Denis Boyd, MA, 
en collaboration avec l'équipe clinique de MediResource
[traduction]