« Oh non, une bosse ? » Il est normal de vous inquiéter si vous sentez une bosse inhabituelle dans un de vos seins. Un tas d'hypothèses se bousculent dans votre tête, et vous vous dites : « Et si c'était un cancer ? »

Détendez-vous. Ce n'est probablement pas un cancer. En fait, 80 % des bosses dans le sein se révèlent bénignes et non cancéreuses. Passons en revue quelques bosses suspectes les plus courantes.

Les kystes : des raisins mous, voilà comment les kystes du sein sont souvent décrits. On compare aussi ces kystes à de petits ballons gonflés d'eau. Si vous découvrez une petite bosse ovale dans votre sein, vous saurez qu'il s'agit d'un kyste si elle est facile à déplacer. Les kystes ont tendance à grossir juste avant les menstruations et à se rapetisser tout de suite après, car ils sont liés aux fluctuations hormonales du cycle menstruel.

Les kystes peuvent être douloureux ou sensibles, mais ils sont bénins et n'augmentent pas le risque de cancer. En règle générale, aucun traitement n'est requis, sauf si le kyste est gros, douloureux ou gênant ; dans ce cas, le drainage du liquide peut s'avérer bénéfique. Portez un soutien-gorge bien ajusté (ou un soutien-gorge sport) pour diminuer la douleur. Certaines femmes trouvent que leurs symptômes s'atténuent quand elles évitent la caféine et le sel.

Les adénofibromes : vous pourriez avoir des adénofibromes sans même le savoir. Ces tumeurs d'aspect ferme et lisse, caoutchouteuses au toucher et non cancéreuses ont généralement un diamètre d'environ 1 centimètre, mais elles peuvent être plus grosses. Si vous appuyez sur un adénofibrome, vous aurez l'impression de toucher une bille. Tout comme les kystes, cette bosse ronde se déplace facilement dans le sein et elle est sensible à la montée ou à la baisse du taux d'hormones reproductrices féminines.

Les adénofibromes complexes peuvent doubler ou tripler le risque d'un cancer du sein, mais ils ne deviennent pas eux-mêmes cancéreux. Votre médecin pourrait recommander une opération pour enlever l'adénofibrome, une intervention appelée tumorectomie.

Les changements fibrokystiques : l'apparition de kystes accompagnés d'autres changements dans les seins (douleur et sensibilité, tissus donnant l'impression d'être grumeleux, épais, fibreux et semblables à une cicatrice) signifie qu'une femme a des seins fibrokystiques. Les changements fibrokystiques sont très fréquents ; en effet, la moitié de la population féminine en a à un moment donné. On croit qu'il y a un lien entre ces changements et les fluctuations hormonales qui accompagnent le cycle menstruel ; cela expliquerait pourquoi la situation s'améliore progressivement après la ménopause.

Parfois, les changements fibrokystiques provoquent de la douleur et de la sensibilité, mais ils ne constituent nullement un risque de cancer. À l'occasion, ces changements compliquent le diagnostic de nodules mis en évidence par une mammographie. On peut atténuer les symptômes des seins fibrokystiques, tout comme ceux des kystes mammaires, en portant un soutien-gorge qui réduit la douleur en procurant un bon soutien et en rationnant ou en supprimant la consommation de caféine.

Le lipome : ce type de petite bosse est une accumulation de tissu graisseux. Il peut se former n'importe où dans le corps et parfois sous la peau recouvrant le sein. Le lipome est plat, mou, pâteux et bouge quand vous le poussez du doigt. Ces bosses sont non cancéreuses, ont tendance à être héréditaires et ne causent aucun problème, à moins de devenir assez grosses pour exercer une pression sur un nerf situé à proximité. Si un lipome provoque de la douleur, vous pouvez le faire enlever. Un autre type de tumeur ressemblant à un lipome, mais douloureuse et fixe, peut se former : c'est le liposarcome et il peut être cancéreux.

Les atteintes des canaux galactophores : les femmes qui viennent d'accoucher ou qui allaitent pourraient constater plusieurs changements dans leurs seins. De temps à autre, une bosse peut apparaître. Dans le cas d'une galactocèle (un kyste contenant du lait), un canal emprunté par le lait pour traverser le sein s'est obstrué et refermé. Les femmes qui allaitent peuvent avoir une infection dans le sein ou mastite.

Dans le cas des femmes qui ne viennent pas d'accoucher ou qui n'allaitent pas, un petit nodule peut se former à l'intérieur du canal galactophore de l'aréole (la région autour du mamelon). Il peut s'agir d'un papillome intracanalaire, c'est-à-dire d'un nodule indolore non cancéreux pouvant s'accompagner d'un écoulement aqueux clair provenant du mamelon. D'autres types d'écoulements mamellaires peuvent révéler un cancer du sein ; il est donc important de demander à votre médecin d'examiner ce symptôme.

Il ne faut pas oublier qu'une blessure au sein peut causer une accumulation de sang évoquant un nodule. Cela dit, toute bosse ou masse dans votre sein devrait être examinée par un médecin afin d'exclure le cancer. Vous devriez consulter un médecin dans les situations ci-après :

  • la peau du sein est rouge, croûtée, plissée ou a l'apparence d'une peau d'orange ;
  • une bosse nouvelle ou déjà présente a pris un aspect différent du tissu avoisinant ;
  • la bosse est toujours là après un autre cycle menstruel ;
  • la bosse a grossi ou est devenue plus ferme ou mieux définie ;
  • des changements dans les mamelons, y compris un écoulement teinté de sang ou une rétraction du mamelon (qui n'est pas inquiétante si votre mamelon a toujours eu cette apparence).

Votre médecin vous posera probablement des questions et examinera bien vos seins, car il recherchera des anomalies. Si votre médecin découvre quelque chose d'inhabituel, il pourrait demander des épreuves complémentaires, notamment des examens d'imagerie comme une mammographie, une échographie ou une imagerie par résonance magnétique ; un prélèvement de tissu mammaire (une biopsie) ou de liquide (une aspiration à l'aiguille).

Amy Toffelmire [traduction]