Une MICI ou maladie inflammatoire chronique de l'intestin est un acronyme qui s'applique à 2 affections semblables, mais différentes : la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Ces affections s'attaquent à l'appareil digestif, et particulièrement aux intestins qui deviennent enflammés, développent des ulcérations qui saignent facilement et s'accompagnent de lésions cicatricielles et quelquefois même d'un rétrécissement. Les symptômes d'une MICI comportent une douleur abdominale, des crampes, une perte de poids, de la fatigue et de la diarrhée.

La maladie de Crohn peut toucher n'importe quelle partie du tractus gastro-intestinal, de la bouche à l'anus. Des « plaques » d'inflammation apparaissent, entourées ici et là de tissus sains. L'inflammation due à la maladie de Crohn peut être profonde et traverser plusieurs couches de tissu intestinal (la maladie de Crohn touche toute l'épaisseur de la paroi intestinale). Les médecins déclarent généralement qu'ils ne sont pas en mesure de guérir cette affection d'abord en raison de sa nature récursive, même après un traitement médical ou chirurgical, et ensuite parce qu'elle peut être présente en quantités microscopiques même dans les parties de l'intestin qui apparaissent normales. Ils visent plutôt la prise en charge ou le soulagement des symptômes de la maladie de Crohn par des médicaments ou une intervention chirurgicale ou les deux.

La colite ulcéreuse, à l'encontre de la maladie de Crohn, ne touche que le côlon (le gros intestin), et l'inflammation qu'elle provoque n'est pas profonde, car elle n'atteint que la couche superficielle de la paroi intestinale (la mucosa). L'affection apparaît toujours dans le rectum, c'est-à-dire dans le dernier segment du côlon, d'où elle peut se propager à tous les autres segments du côlon. Si l'affection siège dans le rectum, elle est désignée rectite ulcéreuse. Quand elle a gagné un segment supérieur du côlon, mais pas l'ensemble du côlon, on l'appelle colite gauche. Quand elle atteint le rectum et l'ensemble du côlon, elle est désignée colite ulcéreuse universelle ou étendue ou pancolite. Contrairement à la maladie de Crohn, qui se caractérise par des zones d'aspect normal parsemées de zones enflammées, la colite ulcéreuse s'étend du rectum au côlon en provoquant une inflammation continue, c'est-à-dire que des zones de côlon normal ne se répartissent pas entre les segments enflammés par la colite ulcéreuse. Habituellement, la colite ulcéreuse peut être prise en charge par les médicaments. Il est possible, à l'opposé de la maladie de Crohn, d'éliminer totalement la colite ulcéreuse au moyen d'une ablation chirurgicale du côlon et du rectum.

Qu'est-ce qui cause une MICI ?

La cause d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin n'a pas encore été élucidée. L'affection sévit partout dans le monde, et elle est beaucoup plus répandue en Amérique du Nord et en Europe du Nord par rapport à l'Europe centrale, au Moyen-Orient et en Australie et elle est encore moins fréquente en Asie et en Afrique. On la rencontre principalement sous les climats tempérés plutôt que sous les climats tropicaux. Il n'est pas certain que ces distinctions géographiques aient un rapport quelconque avec la cause de l'affection. Jusqu'à présent on n'est pas parvenu à trouver des points communs entre les personnes atteintes d'une MICI. Une MICI peut toucher n'importe qui, sans distinction de sexe, de race ou d'âge. Le diagnostic de MICI est plus fréquemment posé pour les personnes qui sont âgées de 15 ans à 25 ans, ou de 45 ans à 55 ans. Les enfants et les membres de la famille des personnes atteintes d'une MICI semblent davantage aptes à contracter ces affections. C'est peut-être en raison d'un facteur génétique, ou peut-être parce qu'il arrive plus fréquemment que les membres d'une même famille soient exposés ensemble à certaines affections ou substances.

Le risque de récurrence d'une MICI

Il est possible de guérir la colite ulcéreuse en ayant recours à la chirurgie pour éliminer les tissus touchés par l'affection. Les symptômes de la maladie de Crohn sont soulagés par l'intervention chirurgicale, mais ce n'est pas un traitement curatif pour cette affection qui peut être présente même dans des tissus ayant un aspect normal. Le taux de rechute de la maladie de Crohn varie en fonction de la partie de l'intestin qui a été atteinte. Si l'intestin grêle et le gros intestin étaient tous deux été atteints, le risqué de récurrence de l'affection après la chirurgie semble être de 20 à 30 % dans la première année – ce risque augmente de 10 % chaque année après l'intervention chirurgicale. Quand l'affection n'a touché que l'intestin grêle, le taux de rechute est légèrement moins élevé. Si l'affection n'a touché que le côlon, le taux de rechute est encore plus bas. Une thérapie médicale peut diminuer le risque de récurrence d'une MICI.