Depuis longtemps, la perte de mémoire et la confusion ont été reconnues comme des conséquences possibles du vieillissement. Néanmoins, ce n'est pas avant 1910 que le terme « maladie d'Alzheimer » (MA) a été utilisé pour la première fois afin de décrire l'état de personnes souffrant d'une détérioration intellectuelle progressive. La maladie est ainsi nommée en l'honneur du Dr Alois Alzheimer qui, en 1906, a décrit les manifestations pathologiques uniques du cerveau qui sont désormais associées à un diagnostic de la MA.

Depuis l'époque du Dr Alzheimer, notre compréhension de la MA a considérablement évolué. On estime maintenant que la MA est un trouble cérébral lié au vieillissement, causé par des dommages aux cellules nerveuses ou à leur mort dans certaines régions particulières du cerveau. Elle est également reconnue comme la forme la plus commune de « démence », un terme utilisé par les médecins pour décrire un syndrome de déficit intellectuel multiple ayant de nombreuses causes.

La MA se caractérise toujours par une détérioration intellectuelle progressive. Cette dégradation comprend non seulement les pertes de mémoire, habituellement la caractéristique la plus apparente de la MA, mais également des détériorations des capacités langagières et spatio-visuelles. Par exemple, même dans les premiers stades de la MA, les personnes peuvent chercher leurs mots au cours de la conversation ou se perdre dans des environnements inconnus. En outre, la MA se caractérise souvent par la coexistence d'un certain nombre de troubles psychiatriques ou comportementaux (p. ex. : dépression ou changements de personnalité) qui ne sont pas toujours présents.

Généralement, les premières modifications intellectuelles liées à la MA sont subtiles et il peut être difficile de dater précisément leur apparition. Cependant, toutes les personnes atteintes finissent par être profondément handicapées et complètement dépendantes de leur entourage, même pour les activités les plus simples, telle la toilette. En moyenne, l'espérance de vie est d'environ 8 à 10 ans, mais certains malades peuvent survivre plus de 20 ans.

 

Harry Karlinsky, MD, MSc, FRCPC, en collaboration avec Medbroadcast