Âge

L'âge est un important prédicteur de l'AVC. Une fois la cinquantaine atteinte, le risque d'AVC double à chaque décennie.

Sexe

Comparativement aux femmes, les hommes présentent un risque légèrement plus élevé d'AVC. Toutefois, cela dépend en partie des causes de l'AVC. En outre, si les femmes courent légèrement moins de risques de subir un AVC comparativement aux hommes, un AVC chez une femme est plus susceptible d'être fatal.

Origine ethnique

L'origine ethnique est une question complexe, puisqu'il existe de nombreuses différences génétiques et environnementales entre les races. En outre, les AVC surviennent pour différentes raisons selon les races. Cependant, il semble que le risque d'AVC est légèrement plus élevé chez les Afro-Américains et les Hispaniques, en grande partie en raison de la fréquence plus élevée d'hypertension artérielle. Des études en cours s'efforcent de déterminer plus précisément la ou les raisons de ces différences apparentes.

AVC récent ou accident ischémique transitoire (AIT)

Un AVC récent ou un accident ischémique transitoire (AIT) pose un risque significativement plus élevé d'AVC. Si une personne a déjà subi un AVC ou un AIT, il existe logiquement un risque qu'un nouvel accident survienne. Toutefois, à mesure que le temps passe après un premier accident, le risque de subir un nouvel AVC est réduit. En outre, si on a découvert l'agent responsable du premier AVC ou AIT, on peut souvent réduire le risque d'un nouvel AVC en traitant la cause ainsi que tous les autres facteurs de risque d'AVC.

Hypertension artérielle

L'hypertension artérielle est le facteur de risque le plus fréquent de l'AVC. Elle est également une cause importante de maladies cardiaques et autres. Il importe de traiter l'hypertension artérielle, peu importe l'âge du patient. Il a été prouvé que le traitement de l'hypertension artérielle réduisait de façon remarquable le risque d'AVC. Une tension artérielle idéale est inférieure à 140/90. Même si l'on présente une tension artérielle normale, il est impératif de la faire vérifier régulièrement pour s'assurer que l'on ne souffre pas d'hypertension.

Taux élevé de cholestérol

Il existe différents types de cholestérol, y compris le « bon » cholestérol (appelé lipoprotéine de haute densité ou HDL) et le « mauvais » cholestérol (appelé lipoprotéine de basse densité ou LDL). On connaît bien la relation entre un taux de cholestérol élevé et les maladies cardiaques; en revanche, il reste beaucoup à apprendre au sujet de la relation entre le cholestérol et l'AVC. Des taux élevés de cholestérol total (particulièrement en combinaison avec de faibles taux de HDL) ou des taux élevés de LDL accroissent les risques de crise cardiaque et probablement les risques d'AVC. La réduction de ces taux aide à prévenir les troubles cardiaques. Des études en cours cherchent à déterminer si la baisse du taux de cholestérol n'aiderait pas également à prévenir les AVC. Surveillez votre taux de cholestérol.

Homocystéine

L'homocystéine est une vitamine. L'organisme utilise l'homocystéine, au même titre que la vitamine B12 et d'autres vitamines, pour assurer certaines fonctions métaboliques. Récemment, on a associé les taux élevés d'homocystéine, comme on l'a fait pour le cholestérol, au durcissement prématuré des artères (athérosclérose) du cœur et du cerveau. Des études en cours cherchent à déterminer si la réduction du taux d'homocystéine aide à prévenir l'AVC.

Diabète

Le diabète peut entraîner plusieurs complications médicales, y compris l'augmentation du risque d'AVC. Le diabète est probablement lié à un risque plus élevé en raison d'une tendance plus marquée des patients à développer de l'athérosclérose. À l'heure actuelle, on ignore si un diabète bien contrôlé abaisse le risque ultérieur d'AVC. Toutefois, il semble logique qu'un contrôle adéquat du diabète prévienne l'AVC de la même manière qu'il aide à réduire les autres troubles médicaux présents chez les diabétiques.

Crise cardiaque

La crise cardiaque est provoquée par un blocage des vaisseaux alimentant en sang le muscle cardiaque. Ce blocage est en grande partie causé par le durcissement des artères (athérosclérose). Les patients souffrant d'athérosclérose coronarienne courent un risque accru d'avoir le même problème dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Cela signifie que les patients atteints d'une maladie cardiaque présentent un risque plus élevé d'AVC. En outre, chez les patients présentant certains types de maladies cardiaques, des caillots sanguins peuvent se former dans une ou plusieurs cavités cardiaques; ces caillots peuvent ensuite être déplacés et aboutir au cerveau où ils provoqueront un AVC.

Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire (FA) est un facteur de risque bien connu et significatif d'AVC. La FA est un trouble cardiaque qui entraîne des contractions irrégulières et anarchiques des cavités supérieures (oreillettes) du cœur. Étant donné que les contractions sont désordonnées, un caillot peut se former quand le sang demeure trop longtemps dans les oreillettes et n'est pas pompé dans les cavités inférieures du cœur (ventricules), puis dans le reste du corps. Ce caillot peut ensuite être déplacé et parvenir au cerveau où il causera un AVC. Toutes les personnes atteintes de FA ne présentent pas un risque élevé d'AVC. Les patients qui présentent un risque supplémentaire sont ceux atteints de FA et âgés de plus de 75 ans, ou qui souffrent d'hypertension artérielle ou de diabète, ou qui ont déjà subi un AIT ou un AVC. Un anticoagulant, appelé warfarine, semble réduire considérablement le risque d'AVC chez les personnes atteintes de FA ou exposées à l'un de ces facteurs de risque. Malheureusement, la warfarine n'est pas indiquée pour tous les gens atteints de FA. En effet, la warfarine étant un puissant anticoagulant, les avantages du médicament sont entachés par un risque accru d'hémorragie. Pour les personnes souffrant de FA et suspects de faible risque d'AVC (la FA sans les risques supplémentaires mentionnés), l'AAS (acide acétylsalicylique) constitue un meilleur choix pour fluidifier le sang.

Tabagisme

La cigarette cause de nombreux problèmes de santé, y compris l'AVC. Elle contribue au durcissement des artères (athérosclérose) et peut également épaissir le sang, ce qui signifie que le sang des fumeurs se coagule plus facilement. Il n'est jamais trop tard pour renoncer au tabac ! Un an après avoir cessé de fumer, le risque d'AVC posé par le tabagisme chute de 50 %; cinq ans plus tard, le risque d'AVC chez un ex-fumeur se situe à un niveau semblable à celui d'une personne qui n'a jamais fumé.

Alcool

Il a été récemment démontré qu'une faible consommation d'alcool constituait une protection efficace contre les maladies cardiaques et l'AVC. Toutefois, une utilisation plus importante (plus de deux consommations par jours) accroît le risque d'AVC. On ignore si certains types d'alcool, tels le vin rouge, sont plus efficaces que les

Hérédité

Il existe quelques très rares facteurs héréditaires de l'AVC. Cependant, l'AVC est semblable à la plupart des autres maladies : si un parent proche souffre d'un AVC, la personne présente un risque accru. Chaque jour, nous en apprenons davantage sur la manière dont le bagage génétique d'un individu le prédispose à un AVC.

Obésité

L'obésité accroît le risque de nombreuses maladies, y compris l'AVC. Une part de ce risque peut résulter du fait que les personnes obèses ont tendance à présenter d'autres facteurs de risque de l'AVC, y compris l'hypertension artérielle, le diabète et un taux élevé de cholestérol.

Activité physique

Il a été établi qu'une petite quantité d'activité physique (30 minutes par jour, 3 jours par semaine) réduisait le risque de maladie cardiaque et probablement d'AVC.

Contraceptif oral

La pilule anticonceptionnelle est différente de ce qu'elle était il y a 10 ou 20 ans. Les anciens contraceptifs oraux augmentaient probablement le risque d'AVC. Aujourd'hui, toutefois, les concentrations d'hormones dans les pilules sont plus faibles; par conséquent, on croit que le risque d'AVC chez les femmes prenant des comprimés anovulants est identique ou seulement légèrement plus élevé que chez les personnes qui n'en prennent pas. Chez les femmes présentant d'autres risques d'AVC, tels le tabagisme ou l'hypertension artérielle, la prise des plus récentes pilules anticonceptionnelles augmente probablement le risque d'AVC.

Traitement hormonal substitutif

Le traitement hormonal substitutif post-ménopausique chez les femmes réduit le risque de maladie cardiaque et d'ostéoporose, mais on ignore ses effets sur l'AVC. Toutefois, des études ont démontré que le traitement ne présente probablement aucun risque accru d'AVC et qu'il comporte peut-être même un effet protecteur. Un essai est présentement en cours afin de déterminer si le traitement hormonal substitutif post-ménopausique réduit le risque d'AVC chez les femmes.

- Andrew Woolfenden, MD, FRCPC, en collaboration avec medbroadcast.com