Bien que 80 % des personnes infectées par le virus Zika ne tombent pas malades, de nombreuses personnes s'inquiètent du lien qui pourrait exister entre cette infection et des malformations congénitales. Voici quelques faits à retenir sur ce lien :

  • L’infection par ce virus peut causer des anomalies congénitales. Une femme enceinte qui est infectée par le virus Zika peut transmettre le virus à son bébé durant la grossesse ou au moment de l’accouchement. La transmission du virus durant la grossesse peut causer une microcéphalie chez le nouveau-né. La microcéphalie est une anomalie congénitale rare où la tête du bébé est plus petite que la normale. L’infection par le virus Zika pendant la grossesse peut provoquer d’autres effets néfastes chez le nouveau-né, entre autres un trouble auditif ou une perturbation de sa croissance;
  • une microcéphalie peut s'accompagner de graves complications. Les enfants atteints d'une microcéphalie peuvent avoir une croissance et une intelligence normales en dépit d'un périmètre crânien plus petit que la moyenne.  Des complications peuvent toutefois survenir dans certains cas, notamment des retards dans les acquisitions du langage et de la motricité, des problèmes de coordination et d'équilibre, un nanisme ou une insuffisance staturale, des distorsions de la face, un développement mental différé et des crises convulsives;
  • le virus peut se transmettre par la voie sexuelle. Bien que sa transmission se fasse principalement par la piqûre d’un moustique, le virus Zika peut également se propager lors des rapports sexuels. Les femmes enceintes devraient discuter avec leur professionnel de la santé des précautions à prendre si leur partenaire a voyagé dans des régions touchées ou y a habité;
  • une infection au virus Zika ne constitue pas un risque pour les futures grossesses. Étant donné que le virus Zika ne reste que quelques jours, où 1 semaine tout au plus, dans le sang des personnes infectées, il y a lieu de penser qu'il ne constituera pas un risque pour les futures grossesses lorsqu'il aura été éliminé du corps;
  • pour le moment, il n'existe ni vaccin ni traitement qui puisse s'utiliser dans le cas d'une infection à virus Zika. C'est la raison pour laquelle il est vivement conseillé à toute femme qui envisage une grossesse, et à toute femme enceinte (quel que soit le stade de gestation atteint) de considérer remettre à plus tard un voyage prévu dans les régions où la transmission du virus Zika a lieu;
    • la prévention des piqûres de moustiques est d'une importance capitale. Si un voyage ne peut être reporté, les femmes qui l'entreprendront devraient consulter leur fournisseur de soins de santé et éviter les piqûres de moustiques auxquelles un tel voyage les expose. Cela revient à vous protéger en ayant recours aux insectifuges (veillez à les appliquer de nouveau selon les directives), aux moustiquaires de lit, au port d'un couvre-chef, de vêtements protecteurs comme des chemises aux manches longues, pas trop ajustées et rentrées dans votre pantalon. Consultez votre fournisseur de soins de santé pour discuter des insectifuges que vous devriez utiliser si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.