;
  • Le cancer de la prostate est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes canadiens. Seul le cancer du poumon est à l'origine d'un plus grand nombre de décès chez les hommes de 65 ans ou plus au Canada. Bon an mal an, on diagnostique un cancer de la prostate chez quelque 19 000 Canadiens.

  • Il existe une épreuve de dépistage : le test de l'antigène prostatique spécifique (APS, parfois appelé PSA sous l'influence de l'anglais).

  • Le cancer localisé de la prostate (qui ne s'est pas propagé à l'extérieur de la glande) est habituellement traité par la chirurgie ou la radiothérapie, ou alors n'est pas traité du tout (c'est ce qu'on appelle la temporisation). Lorsque le cancer est mis au jour à un stade précoce, les chances de réussite du traitement sont meilleures, et la guérison est souvent possible.

  • En règle générale, un cancer qui s'est étendu au-delà de la prostate (cancer avancé de la prostate) est incurable. Le traitement vise à prolonger la vie, à rehausser la qualité de vie, à ralentir la progression du cancer et à soulager les symptômes.

  • La détection précoce du cancer augmente les chances de réussite du traitement. Vous devriez vous soumettre aux épreuves de dépistage des troubles de la prostate recommandées par votre médecin. Si le cancer de la prostate vous préoccupe ou si vous avez remarqué des symptômes inquiétants, parlez-en à votre médecin.

Ressources supplémentaires