Quelques faits sur le cancer colorectal

Chaque semaine, quelque 400 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer colorectal et 167 autres meurent de la maladie. Cette maladie est donc la deuxième cause de décès par cancer chez les Canadiens. La plupart des cas sont diagnostiqués chez des personnes de plus de 50 ans.

Le cancer colorectal touche le côlon et le rectum, deux portions de l'intestin. Il s'installe lorsque les cellules qui tapissent l'intestin commencent à se multiplier de façon anarchique, lésant les tissus sains.

Lorsqu'il traite les aliments, le tube digestif absorbe les nutriments et élimine les déchets solides. L'intestin fait partie du tube digestif. Il a pour fonction de retirer l'eau des déchets solides (dans le côlon) et d'emmagasiner ces déchets (dans le rectum) jusqu'à leur évacuation par l'expulsion des matières fécales.

En règle générale, le cancer colorectal naît d'une excroissance (polype) qui se développe dans les tissus tapissant le côlon. Toutefois, ce ne sont pas tous les polypes qui se transforment en cancer : en effet, cela se produit dans environ un cas sur vingt seulement. Un polype devient cancéreux lorsqu'il se développe de façon anarchique en raison d'une altération de son ADN. Un polype peut être présent pendant des années sans devenir cancéreux.

Il importe au plus haut point de déceler les polypes tôt, avant qu'un cancer se développe et se propage à distance.

Facteurs de risque

Divers facteurs peuvent accroître le risque d'apparition d'un cancer colorectal, notamment :

  • l'âge (plus de 50 ans);
  • la présence actuelle ou passée de polypes colorectaux;
  • la présence actuelle ou passée d'un cancer colorectal chez un membre de la famille;
  • les antécédents de cancer des ovaires, de l'endomètre ou du sein;
  • la présence d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (rectocolite hémorragique ou maladie de Crohn);
  • une alimentation trop riche en viande rouge;
  • une alimentation pauvre en fruits et légumes;
  • une alimentation pauvre en fibres;
  • le manque d'exercice; et
  • le tabagisme.

Si vous présentez l'un de ces facteurs de risque, demandez à votre médecin si vous devriez vous soumettre à un dépistage du cancer colorectal. Et si aucun de ces facteurs de risque ne s'applique à vous, sachez que dans bien des cas, le cancer colorectal survient chez des personnes exemptes de facteurs de risque.

Symptômes

Au début, le cancer colorectal ne cause habituellement aucun symptôme. À un stade plus avancé, il peut donner lieu aux manifestations que voici :

  • présence de sang (rougeâtre ou noir) dans les selles ou saignements dans le rectum;
  • diarrhée, constipation ou autres modifications des habitudes d'élimination;
  • fatigue et faiblesse (qui peuvent être des signes d'anémie);
  • perte de poids inexpliquée;
  • selles plus étroites qu'à l'habitude;
  • sensation d'évacuation incomplète; et
  • crampes abdominales, ballonnements et sensation de plénitude.

C'est au stade précoce que le cancer colorectal est le plus facile à traiter. À ce stade, toutefois, les symptômes ne sont pas forcément perceptibles; aussi est-il important de se soumettre régulièrement à une épreuve de dépistage, conformément aux recommandations du médecin.