De nombreux facteurs influent sur le risque d'arthrose. Certains facteurs sont indépendants de la volonté, comme les antécédents familiaux et l'âge. Nous ne pouvons pas non plus modifier la manière dont notre organisme fabrique et détruit nos os. Par contre, si on subit une blessure à une articulation ou encore, si on a sollicité de façon excessive et répétée une articulation sur une longue période, le risque d'arthrose est accru.

Bon nombre de personnes croient que la course à pied pourrait être associée à l'arthrose. Toutefois, des études menées chez des coureurs ont permis de conclure que la course pratiquée comme passe-temps n'augmente pas le risque de souffrir d'arthrose. Par contre, les lanceurs au baseball professionnel seraient exposés à un risque accru de souffrir d'arthrose dans les coudes et les épaules.

Par ailleurs, le risque de gonarthrose (arthrose du genou) est plus grand lorsque les muscles sont faibles, puisque l'articulation peut alors être instable. Si une articulation présente une anomalie en raison d'une blessure ou de facteurs héréditaires, la simple pratique d'un exercice à faible impact peut accélérer le processus à la source de l'arthrose.

Le fait d'être atteint de diabète ou d'avoir un taux sanguin de sucre élevé augmente aussi le risque d'arthrose. En effet, on croit que la présence de taux de sucre élevés dans le sang peut entraîner une modification du cartilage.

L'un des facteurs de risque sur lequel nous pouvons agir, toutefois, est le poids corporel. En effet, les personnes qui présentent un surplus de poids augmentent la charge imposée non seulement aux articulations des genoux, mais aussi à celles des hanches (voir la section intitulée « Poids santé et exercice »).

Si vous pensez être exposé(e) à l'arthrose, parlez-en à votre médecin.