De la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

Le printemps est une excellente occasion pour vos enfants de redevenir actifs. Peut-être que votre enfant a hâte de recommencer son sport favori ou qu'il n'a jamais aimé les sports jusqu'à présent. Quoi qu'il en soit, il est important pour les enfants d'être actifs dès un jeune âge et pour les parents, de les encourager à essayer de nouvelles choses. La spécialiste de l'activité physique et chercheure financée par la Fondation des maladies du cœur, Dre Patti-Jean Naylor, dit : « Aucun sport ne développe toutes les habiletés physiques. Afin de développer des habitudes d'activité physique à long terme, il est essentiel pour les parents de présenter plusieurs expériences et habiletés variées à leurs enfants afin de leur donner plus de choix plus tard. » De même, en essayant divers sports, votre enfant sera actif de 60 à 90 minutes par jour la plupart des jours de la semaine et développera tôt des habiletés physiques qui lui seront utiles toute sa vie.

Comment choisir un sport
Si votre enfant est déjà inscrit à un sport, ça peut vous donner une indication de ce qui lui plaît. Par exemple, le soccer, le football, le basket-ball et le hockey sont tous des sports qui exigent de l'énergie et de la vitesse, donc si votre enfant excelle dans l'un d'eux, il pourrait bien se débrouiller dans les autres. La gymnastique, le patinage artistique, le patin à roues alignées, la planche à roulettes, les arts martiaux, le tennis, le soccer, le football partagent tous certaines habiletés comme l'énergie, l'équilibre et la coordination tandis que la natation et le basket-ball sont excellents pour les enfants possédant de la force et de l'énergie.

Si votre enfant ne pratique pas encore d'activités sportives, il peut être utile de vérifier s'il fait preuve de certaines habiletés comme courir, sauter et lancer une balle ou un ballon. Vous devriez aussi tenir compte de la préférence de votre enfant pour les sports d'équipe ou individuels. Pour les enfants qui préfèrent les activités individuelles, les arts martiaux, la gymnastique, le patin à roues alignées, la planche à roulettes, la natation ou le vélo peuvent s'avérer de meilleurs choix que les sports d'équipe comme le soccer, le baseball, le basket-ball, la crosse et le rugby.

Choisir la bonne ligue et le niveau adéquat
Avant de l'inscrire, demandez à votre enfant s'il préfère les activités compétitives ou récréatives. Si votre enfant a déjà fait partie d'une équipe, discutez avec son entraîneur de son niveau d'habileté, vous pourrez ainsi faire le bon choix pour votre enfant. « En proposant aux enfants des défis appropriés, leur motivation augmente », dit la Dre Naylor. Les ligues locales et de l'école sont un bon point de départ, tandis que les ligues plus compétitives conviennent aux joueurs plus avancés.

Assurer l'équité au jeu
Une des choses les plus décourageantes pour un enfant est d'être choisi en dernier ou se retrouver sur le banc pendant presque toute la partie du jeu. L'équité au jeu fait en sorte que tous les participants aient la chance de jouer autant l'un que l'autre et que les équipes (en particulier les ligues maison) sont choisies au hasard et sans favoritisme, que ce soit par l'entraîneur ou par les joueurs. Ce point peut être important si votre enfant est timide ou n'a jamais participé à un sport auparavant. C'est une des raisons pour lesquelles vous devez assister régulièrement aux parties afin de vous assurer que tous soient traités équitablement. Discutez de l'idée du jeu équitable avec l'entraîneur afin de vous assurer qu'il ou elle partage votre point de vue. « Plusieurs organismes sportifs ont des règles au sujet du temps de jeu chez les plus jeunes. Une des raisons qui motivent le jeu équitable est que les enfants se développent à des rythmes différents au cours de leurs premières années et que le développement des habiletés dépend du temps qui y est consacré, dit la Dre Naylor. Personne ne sait qui deviendra ou non un athlète et à cet âge, les enfants doivent développer leur confiance en leurs propres habiletés. Ainsi, il est important qu'ils s'amusent, qu'ils participent, mais aussi qu'ils maîtrisent les habiletés qui leur feront connaître le succès. Un enfant qui se trouve sur le banc pendant que les autres jouent plus longtemps peut avoir le sentiment d'être incompétent. Assurez-vous que votre enfant ait suffisamment de chances de réussir. »

Veillez à la sécurité
Il est sage de vous assurer que votre enfant ait récemment subi un examen médical et soit en condition physique adéquate pour la pratique d'un sport, surtout d'un sport vigoureux. Aussi, demandez aux gens autour de vous et à l'entraîneur si l'équipement et l'environnement sont sécuritaires pour les enfants. Le sport exige-t-il le port d'un casque ou d'équipement protecteur ? Demandez à l'entraîneur s'il est possible d'offrir aux enfants des collations nutritives et des jus de fruits à 100 % afin que les enfants profitent davantage de l'activité.

Donnez le bon exemple
Naturellement, une des meilleures façons d'intéresser vos enfants à de nouvelles activités sportives consiste à être vous-mêmes ouvert à essayer de nouvelles choses. « Lorsqu'un enfant essaie quelque chose de nouveau, vous devez l'aider à traverser la période difficile de l'apprentissage des habiletés. Alors, sortez avec lui et aidez-le à pratiquer », dit la Dre Naylor. Vous pourriez demander à l'école s'il est possible d'emprunter de l'équipement afin de voir quels sports votre enfant apprécie le mieux. Essayez de vous concentrer sur les aspects positifs, en le félicitant de ses succès et en évitant d'être négatif en cas d'erreur. La Dre Naylor signale également : « Félicitez l'enfant de façon spécifique plutôt qu'avec un simple "C'est bien !". Par exemple, dire "C'est bien que tu plies les genoux" est un commentaire plus utile ». Mais le plus important, soyez ouvert à permettre à votre enfant d'essayer les sports qui l'intéressent plutôt que vos choix. Appuyez votre enfant en étant vous aussi physiquement actif. « Les parents peuvent aider leurs enfants à développer leurs habiletés avant de commencer un sport en essayant des activités en famille comme danser, lancer une balle ou un ballon, nager ou développer des habiletés et une condition physique de base. Peu importe l'activité que vous pratiquez, il est important de vous amuser avec votre enfant. »

Apprenez à votre enfant les habiletés de base comme sauter, courir, lancer et attraper une balle ou un ballon (disponible en anglais seulement)

25 activités saines pour le cœur

Renseignez-vous sur le choix de diverses activités pour votre enfant à partir de ses sports de piste et pelouse favoris.

Trouvez des recettes de collations saines à emporter comme les biscuits mmmuesli et les barres protéinées.

Affiché en mai 2009.

Fondation des maladies du cœur du Canada

Renonciation

Votre utilisation de l'information contenue dans cet article est sujette aux Termes et conditions d'utilisation de la Fondation des maladies du cœur et par conséquent, vous consentez à être lié par les termes et conditions stipulés à chacun des énoncés qui suivent.

Cet article a fait l'objet de recherches, d'une rédaction et d'une révision indépendante de la part de la Fondation des maladies du cœur et est fondé sur des preuves scientifiques. Ces renseignements sont offerts exclusivement à des fins de référence et d'éducation. Cet article Web n'est pas destiné à remplacer les conseils, le diagnostic et le traitement dispensés par un médecin. Vous devriez consulter votre médecin pour des renseignements spécifiques concernant votre santé personnelle. La Fondation des maladies du cœur n'accepte aucune responsabilité ou dommage provenant de toute erreur ou omission dans l'information ou de l'utilisation de toute information ou de tout conseil contenu dans cet article.

MC - Toutes les marques de commerce, marques de service, logos et articles sont la propriété exclusive de la Fondation des maladies du cœur du Canada (« FMCC ») et leur utilisation n'est autorisée que sous licence. Ces marques de commerce, marques de service, logos et articles ne peuvent être reproduits, copiés, imités ou utilisés en tout ou en partie qu'avec le consentement écrit préalable de la FMCC.

© - 2011. Reproduit avec l'autorisation de la Fondation des maladies du cœur du Canada