De la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

Rien ne vaut la présence d’un partenaire pour maintenir la forme. Une étude de l’Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie démontre que le niveau d’activité physique augmente lorsqu’on la pratique en pairs. En fait, l’étude a dévoilé que peu de choses permettent aux Canadiens ou Canadiennes d’atteindre leurs objectifs d’activité physique aussi bien que de pouvoir compter sur le soutien d’une équipe ou d’un partenaire. Un partenaire d’entraînement peut non seulement vous responsabiliser et vous appuyer, mais aussi vous encourager et vous tenir compagnie. Par exemple, les jours où vous n’avez pas envie de marcher pendant 20 minutes, le fait de savoir que votre partenaire vous attend pourra servir d’incitatif supplémentaire.

Mais comment trouver le partenaire idéal ? Premièrement, ne limitez pas vos choix. Ce partenaire peut être votre conjoint(e), votre meilleur(e) ami(e), un collègue de travail ou votre adolescent(e). Et pas besoin de vous en tenir à un partenaire unique tous les jours, vous pouvez varier. Peut-être que votre meilleur ami n’est pas disponible le mercredi, mais que votre voisin l’est. Et votre partenaire peut aussi être virtuel, une personne à qui vous téléphonez une fois par semaine afin de l’informer que vous respectez votre routine.

Voici quelques trucs afin que votre partenariat soit bénéfique :

Suivez le même horaire
Le partenaire idéal est une personne qui partage le même horaire que vous. Choisisser une personne que vous rencontrez chaque semaine lors des activités des enfants ou qui a des heures de travail qui ressemblent aux vôtres. Essayez de trouver des moments pendant lesquels vous pourriez être actifs ensemble.

Lorsque vous créez un partenariat, pensez à long terme. Vos horaires vous permettent-ils d’être partenaires toute l’année durant ? Sinon, songez à mettre sur pied un programme de soutien. Vous pouvez créer un horaire d’activités au début de la semaine et le confirmer au téléphone avec votre partenaire. Trouvez une personne au travail avec qui vous pourrez discuter de votre plan d’activité physique ou encore une personne qui peut vous offrir du soutien par courriel.

Donnez-vous des objectifs comparables
Si vos objectifs et ceux de votre partenaire ne sont pas compatibles, vous aurez de la difficulté à vous entraîner ensemble. Par exemple, si vous désirez vous rendre à 30 minutes de marche par jour, mais que votre partenaire ne souhaite que faire une promenade après le souper, votre partenariat pourrait ne pas survivre.

Mais si vous désirez tous les deux perdre du poids, par exemple, vous serez tous les deux motivés à atteindre votre objectif ensemble. Assurez-vous que l’objectif que vous vous fixez soit spécifique, mesurable, accessible, réaliste et dans un temps précis.

Soyez prêt à essayer des choses différentes. Pour plusieurs personnes, l’activité physique est une routine stricte et invariable composée d’une ou de deux activités seulement. Mais vous seriez surpris de constater ce que vous pourriez apprécier en essayant différentes choses. Si votre partenaire offre de vous apprendre à lancer un ballon de basket, même si vous n’y avez pas touché depuis l’école secondaire, mettez votre scepticisme et votre orgueil de côté plutôt que de répondre machinalement : « Je préfère aller nager. »

Prenez les commandes chacun votre tour. Deux personnalités fortes qui tentent de diriger le même entraînement peuvent entrer en conflit. Laissez une personne planifier la prochaine demi-heure de musculation ou choisir le trajet de vélo ; faites comme s’il s’agissait de votre entraîneur personnel et laissez-vous guider.

Essayez des activités à votre propre rythme. Si vous aimez tous deux faire du vélo, le cycliste le plus rapide peut prendre les devants, puis échanger pour le retour. Au gymnase, vous pouvez vous entraîner sur des machines adjacentes, à votre propre rythme.

Soyez à l’écoute de votre partenaire. Certaines personnes aiment bavarder sans arrêt; d’autres apprécient la compagnie silencieuse ou encore, même en compagnie d’autres personnes, écouter de la musique sur leur iPod. Soyez à l’écoute des préférences de votre partenaire, faites des compromis et découvrez ce que vous aimez tous les deux.

Offrez votre appui. Les gens sont plus susceptibles de persévérer dans leur activité physique quand ils ont du plaisir. Avoir du plaisir signifie de ne pas se faire regarder de travers si on ne parvient pas à suivre le pas du partenaire à la marche. Soyez compréhensif et encouragez les autres.

Cette chronique sur l’activité physique a été rédigée par un entraîneur personnel certifié et instructeur de conditionnement physique et révisée par les spécialistes de la Fondation.

Affiché le 1er avril 2009.

Fondation des maladies du cœur du Canada

Renonciation

Votre utilisation de l'information contenue dans cet article est sujette aux Termes et conditions d'utilisation de la Fondation des maladies du cœur et par conséquent, vous consentez à être lié par les termes et conditions stipulés à chacun des énoncés qui suivent.

Cet article a fait l'objet de recherches, d'une rédaction et d'une révision indépendante de la part de la Fondation des maladies du cœur et est fondé sur des preuves scientifiques. Ces renseignements sont offerts exclusivement à des fins de référence et d'éducation. Cet article Web n'est pas destiné à remplacer les conseils, le diagnostic et le traitement dispensés par un médecin. Vous devriez consulter votre médecin pour des renseignements spécifiques concernant votre santé personnelle. La Fondation des maladies du cœur n'accepte aucune responsabilité ou dommage provenant de toute erreur ou omission dans l'information ou de l'utilisation de toute information ou de tout conseil contenu dans cet article.

MC - Toutes les marques de commerce, marques de service, logos et articles sont la propriété exclusive de la Fondation des maladies du cœur du Canada (« FMCC ») et leur utilisation n'est autorisée que sous licence. Ces marques de commerce, marques de service, logos et articles ne peuvent être reproduits, copiés, imités ou utilisés en tout ou en partie qu'avec le consentement écrit préalable de la FMCC.

© - 2011. Reproduit avec l'autorisation de la Fondation des maladies du cœur du Canada