Vous savez peut-être déjà que la consommation régulière d'une petite quantité d'alcool peut être bénéfique pour la santé. En effet, des études ont démontré que cela peut augmenter le taux de HDL-cholestérol (le « bon » cholestérol) dans l'organisme et réduire le risque de certains types de maladies du cœur. Si un peu d'alcool est bon, beaucoup d'alcool doit être encore mieux, n'est-ce pas? Comme vous l'aurez deviné, la réponse à cette question est un « non » catégorique.

À part les dangers à court terme de l'intoxication (par exemple une plus forte probabilité d'accident ou de blessure, ou encore de comportement horriblement gênant), la consommation d'une quantité excessive d'alcool peut avoir des conséquences à long terme sur la santé, entre autres un risque accru de maladie du foie, de trouble du sommeil, de dépression ou d'anxiété. La consommation régulière d'une petite quantité d'alcool peut être bénéfique pour le cœur, mais la consommation chronique d'une quantité excessive peut augmenter le risque de maladie du cœur (et d'accident vasculaire cérébral) et de cancer (y compris de cancer de la bouche, de la gorge, de l'œsophage et du sein), en plus d'affaiblir le système immunitaire et de vous rendre plus vulnérable aux maladies liées à une infection. Un excès d'alcool peut avoir des répercussions non seulement sur vous, mais aussi sur les personnes qui vous sont chères, y compris les membres de votre famille et vos amis.

Alors, combien d'alcool est trop d'alcool? Voici les recommandations énoncées dans les Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada :

  • pour les femmes, au plus 2 verres par jour (ou 3 lors des occasions spéciales) et au maximum 10 verres par semaine;
  • pour les hommes, au plus verres par jour (ou 4 lors des occasions spéciales) et au maximum 15 verres par semaine.

Un « verre » correspond à 341 mL (12 oz) de bière à 5 % d'alcool, à 142 mL (5 oz) de vin à 12 % d'alcool ou à 43 mL (1,5 oz) de spiritueux à 40 % d'alcool.

Ces recommandations ne s'appliquent pas si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir, ou encore avant d'allaiter; idéalement, le choix le plus sûr est alors de ne pas boire d'alcool du tout. Les personnes qui ont un trouble de santé ou qui prennent des médicaments devraient consulter leur professionnel de la santé pour vérifier si elles peuvent boire de l'alcool sans danger et si elles doivent prendre des précautions particulières.

La notion « d'occasions spéciales » précisée dans les recommandations est un élément important à ne pas oublier. Voilà où de nombreuses personnes pourraient trébucher. En effet, bien que leur consommation d'alcool se situe dans les limites de la quantité hebdomadaire recommandée, ces personnes pourraient prendre bien plus que un verre de plus lors de rencontres amicales ou de festivités, et cela pourrait être plus souvent que les recommandations énoncées dans les directives. N'oubliez pas que la sortie hebdomadaire à la brasserie ne fait pas vraiment partie des occasions spéciales.

Enfin, il y a un autre élément digne de mention : même si la consommation modérée d'alcool pourrait être bénéfique pour la santé, il n'est pas recommandé de commencer à boire ni d'augmenter votre consommation simplement en raison des bienfaits de l'alcool pour la santé.