La spondylarthrite ankylosante peut sérieusement hypothéquer votre qualité de vie physique, sociale et affective. La douleur et la raideur peuvent rendre tout mouvement difficile et vous empêcher d'accomplir vos activités quotidiennes. L'effet de la spondylarthrite ankylosante sur la qualité de vie varie d'une personne à l'autre et tout au long de la vie.

Les personnes atteintes de la spondylarthrite ankylosante peuvent être amenées à s'absenter souvent ou longtemps de leur travail à cause de l'incapacité physique, de la douleur et de la fatigue. Certaines renoncent même définitivement à travailler. Les personnes atteintes de la spondylarthrite ankylosante ont parfois des problèmes d'estime de soi , de dépression et d'anxiété.

Les personnes qui reçoivent un traitement contre la spondylarthrite ankylosante continuent parfois de présenter des symptômes et de voir leur maladie évoluer. Faute d'un diagnostic précoce et d'un traitement adéquat, une invalidité ou une déformation (par ex. la fusion des articulations) peut se produire. Il arrive que les changements ne soient pas aussi manifestes et seulement visibles à la radiographie. Les clichés suivants, par exemple, montrent des articulations sacro-iliaques érodées :

Ces clichés radiographiques révèlent les signes d'une évolution de la maladie qui peut être asymptomatique chez le patient. Vous pouvez demander à votre médecin s'il vous serait possible de subir une radiographie afin de savoir comment évolue votre spondylarthrite ankylosante. La radiographie permet au médecin d'évaluer la manière dont la spondylarthrite ankylosante touche vos articulations, vos os et les tissus connexes dans le temps (il est question d'évolution radiographique).

Un traitement précoce et adéquat permet d'atténuer la douleur et de préserver la mobilité et les capacités fonctionnelles des articulations tout en optimisant votre capacité à profiter pleinement de la vie. Si vous suivez déjà un traitement contre la spondylarthrite ankylosante mais que vous continuez de présenter des symptômes, parlez-en à votre médecin pour qu'ensemble, vous puissiez établir un plan de traitement efficace.